Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 14 mai 1900

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T.

Jésus+                                                                      Carmel de Lisieux 14 Mai 1900

Ma petite sœur bien-aimée,

Quelle joie! quelle surprise! J'en ai pleuré de bonheur...(1) Je n'ai pas de paroles pour traduire mes sentiments. Nous n'oublions pas ma petite sœur chérie que nous t'avons promis ta couronne de roses pour le jour de ta Profession, dis-nous comment tu la désires veux-tu qu'il y ait des boutons? Quelles images désires-tu pour souvenir? C'est notre Mère qui veut que je te pose ces questions, mais avant tout, dis-nous la date du grand jour.

Je vois bien par tes lettres que tu es vraiment heureuse. Que j'ai de reconnaissance à tes bonnes Mères, oh! je t'en prie, répète-leur sans cesse que nous tâcherons de ne point nous montrer ingrates en priant pour elles.

Au revoir, ma sœur chérie, que veux-tu que je te dise encore? Au ciel tu sauras tout ce qui se passe dans mon coeur à ton sujet. Voilà donc la prophétie de notre chère Tante du Mans réalisée. Te rappelles-tu comme cette parole d'une de ses lettres nous avait frappées: "Je ne puis m'empêcher de croire que cette enfant sera Visitandine"

Je t'embrasse bien fort ma petite sœur au risque de chiffonner ton petit voile blanc qui sera bientôt remplacé par celui des professes.

Je n'y puis croire!

Ta petite sœur qui te chérit Agnès de Jésus

r.c.i. 

Notre Rde et si bonne Mère, toute la Communauté s'associent à ta joie.

1. Elle allait faire profession le 2 juillet. Sa prise d’habit avait lieu le 30 juin 1899.