Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 23 septembre 1908

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T.

Jésus +                                                               Carmel de Lisieux 23 Septembre 1908

    Demain anniversaire de la prise de voile de Thérèse....

Ma petite sœur bien aimée,

Tu m'as causé une joie immense ce matin. C'est un trésor que tu m'as envoyé. Je ne te croyais pas si riche. A une autre édition nous prendrons dans ce trésor de jolis passages. Quel malheur que nous ayons imprimé cette fois que tes lettres avaient été brûlées. Enfin, on arrangera cela, on dira que ces perles ont échappé aux flammes.

Quelle petite sainte que notre Thérèse ! C'est admirable. Elle vient de faire un grand miracle mais les médecins comme d'habitude ne veulent point donner d'attestation, je crois qu'ils n'en donneraient pas pour la résurrection d'un mort. Ils expliqueraient cela par un état léthargique et ce serait tout.

Enfin écoute mon histoire de miracle pour te dédommager de tes précieuses copies que je viens de dévorer.

Pour la première fois cette année le 1er dimanche d'Août nous avons fait l'office de St Exupère ayant appris que chaque monastère de carmélites devait ainsi célébrer le patron de son diocèse. Mais il a fallu faire des copies aussi longues et plus difficiles que la tienne, ma petite sœur. C'est égal rien ne m'arrêtait, j'encourageais les sœurs et je me réjouissais de fêter ce grand Saint. Après sa fête de 1ère classe avec octave ce qui signifie que nous avons beaucoup chanté, je me mis à dire à St Exupère : mon bon saint, si vous êtes content faites-le moi savoir en faisant faire à Thérèse ce mois-ci un vrai miracle. Le mois n'était pas écoulé que je reçois une lettre d'un jeune prêtre que je connais : lettre navrante qui me disait que son petit frère âgé de 12 ans s'était fracturé le crâne en tombant d'une grande hauteur. Il ajoutait que tout espoir était perdu que 2 médecins appelés affirmaient que cet espoir était déraisonnable, que c'était l'affaire de quelques heures. L'enfant rendait du sang par la bouche et était dans un affreux délire, "horrible agonie qui nous déchire le coeur à moi et à mes pauvres parents" disait le jeune prêtre. Mais Thérèse qui m'a guéri moi-même - ce prêtre a été guéri d'une phtisie galopante deux ans avant son ordination - peut faire un miracle écrivait-il encore dans un élan de foi. Oh ! priez avec nous. J'ai confiance. L'occasion est belle de prouver sa puissance elle le fera !"

Il suspend au cou du petit mourant un sachet des cheveux de Thérèse. Le délire cesse, la nuit fut très tranquille et quelques heures après, il recouvrait connaissance disait qu'il ne souffrait plus du tout et qu'il avait très faim. Il mange en effet de très bon appétit. Ces messieurs les docteurs le pressent d'avouer qu'il souffre ici et là dans la tête.

"Mais enfin, répond l'enfant je vous dis que je n'ai mal nulle part, que je suis très bien".

Aujourd'hui il est parfaitement guéri et le prêtre est désolé de n'obtenir plus des médecins que cette phrase "L'enfant était certainement en danger, mais nous l'avons sauvé". "Avec quoi ?" par exemple me dit son frère. Mais il va se passer de l'attestation des médecins et faire signer sa déposition des témoins, père, mère et parents quelconques de l'enfant qui le virent mourant et entendirent la condamnation des docteurs.

Je suis sûre que ce récit va te faire battre le coeur ma petite sœur bien aimée.

J'ai eu une autre joie cette semaine, j'ai vu une miraculée de Lourdes, une jeune fille de Lisieux partie mourante agonisante à Lourdes et revenue parfaitement guérie. Sa pauvre mère la portait dans ses bras comme une enfant elle ne pesait que 95 livres et elle a 21 ans! Depuis 5 ans elle était victime d'une entérite très grave et de plaies à l'estomac qui lui faisaient rendre le sang en abondance et ne lui permettaient pour ainsi dire aucune nourriture. Pendant tout le voyage elle ne prit que 2 verres d'eau. Et voilà qu'au passage du St Sacrement elle se sent parfaitement guérie ! Depuis son retour elle reprend plus d'une livre par jour, mange de tout et proclame d'une façon si touchante le pouvoir de la Sainte Vierge que c'est à faire pleurer.

Je lui dis : "Qu’est-ce que vous avez éprouvé au moment même de votre guérison ?" "Ah ! ma Mère répondit-elle naïvement mais ça c'est impossible à dire, ça abîmerait plutôt la chose".

Devant ce prodige son père et son grand père se sont convertis, mais voilà que son médecin ne veut point non plus attester le miracle ! "Quand je pense, me dit la jeune fille indignée que Mr......m'a conseillé presque ordonné de me tenir chez moi, de ne point sortir de ne point me montrer. Ah ! non, je ne vais pas faire ça ! C'est tout le contraire que je fais. J'ai tant de fois raconté ma guérison que j'en ai attrapé un enrouement. La bonne sœur qui était avec elle au parloir me dit qu'elle était venue à l'ouvroir dans l'après-midi et que ses compagnes ne pouvaient en revenir de voir Henriette (c'est son nom) marcher, parler et manger comme tout le monde. On lui servit du rôti mais voyant que les autres avaient des tripes, elle laissa son beau morceau et mangea des tripes de bon appétit et qui ne lui firent aucun mal. Enfin, c'est merveilleux. Vivent Jésus, Marie et notre petite Thérèse.

Je t'embrasse ma sœur très très aimée en Jésus. Le souvenir fraternel et religieux de nous toutes à tes bonnes Mères

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Quand l'Angélus a sonné, j'ai demandé à la petite miraculée de le réciter tout haut. Elle l'a fait avec une telle piété que je n'ai pu m'empêcher de pleurer.

C'est un prêtre de Coutances qui portait le brancard sur lequel était couchée la petite mourante. Il est passé par Lisieux dernièrement pour revoir Henriette. Il est enthousiasmé et lui a porté la belle édition de Thérèse. On nous demande de partout des neuvaines et des messes pour le 30 Septembre. Soyons bien unies ce jour là ma petite sœur aimée. Je me suis jetée à t'écrire quoique bien pressée. Les petites sœurs n'en savent rien. Elles vont très bien.

Pour ce qui est de Notre Mère, elle continue à me rendre trop heureuse. Il y a vraiment de l'excès. Pour le reste c'est une parfaite prieure. Je t'assure que personne ne pense plus à son âge !