Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 27 janvier 1910

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T.

Jésus+                                                                                             Carmel 27 Janvier 1910

Ma petite sœur bien aimée,

Bonne fête, bonne fête ! Je te souhaite une inondation de grâces... mais pas une vilaine inondation d'eau et de neige ! Pauvre terre! comme on y est peu en sécurité! Mais on peut habiter déjà loin de la terre comme a fait notre petite Thérèse .Oui, c'est possible et c'est même facile quand on aime.

Pleures-tu encore de temps en temps ma petite sœur ? Je voudrais bien le savoir. Dis-moi cela tout bas. Et si tu pleures, ne pleure plus, à moins que ce ne soit de joie d'être au service du bon Dieu, son épouse, sa bien-aimée choisie entre mille.

Petite sœur chérie, Que je serais heureuse de te revoir ! Quelle tendresse je te garde dans mon coeur ! Ah ! nous nous en paierons là-haut pour notre peine d'avoir été séparées sur la terre ! Prie bien pour moi qui n'ai pas du tout de patience. J'ai beaucoup d'ouvrage et parfois je ne me possède pas assez. Ca ne sert à rien qu'a faire des bêtises, tu le comprends. Ma santé est tout a fait bonne, et la tienne ?

Voilà une lettre bien décousue, mais ton affection saura bien la recoudre. Au bon Dieu aussi je sers des choses bien décousues, des bouts d'oraison de prières, mais il est si bon que tous nos morceaux là lui plaisent, il les remet bout à bout et sa toute puissante miséricorde y jette un glacis divin qui fait disparaître les coutures. Voila ce que j'espère de lui malgré mes fautes sans nombre. Lui seul a la robe sans couture de la pureté, de la perfection infinie... toutes les robes des élus sont faites de pièces et de morceaux personne n'en verra rien car ils les ont trempées dans le sang de l'Agneau. J'en fais autant de la pauvre mienne tous les jours.

Voilà encore une lettre qui va te faire rire. Je ne savais pas bien sûr que j'allais te parler de robes et de couture.

Au revoir ma petite sœur tant aimée. Je t'embrasse bien fort sous le regard de Jésus.

Ta petite sœur et Mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

L'image brodée m'a été donnée pour ma fête par un de nos Carmels. Que je suis contente de l'envoyer à ma petite Léonie. C'est elle la petite colombe.

Remercie bien tes bonnes Mères de la si jolie image peinte à la main qu'elles m'ont envoyée. Est-ce toi qui m'as envoyé cette petite flèche ? Je ne crois pas, alors je te la lance ! Ce qu'il y a de malheureux c'est que le Sacré Coeur est à l'envers.