Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 4 décembre 1910

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T

Jésus +                                                                                    4 Décembre 1910                    

Ma petite sœur bien aimée,

Ta lettre nous a comblées de joie ! Nous étions bien préoccupées de toi, mais le bon Jésus s'en préoccupait avec bien plus d'efficacité oh! qu'il est bon ! Et que notre petite Thérèse est puissante ! Ce n'est pas le joyau du Coeur de Jésus voici la propre expression de la Mère Carmela de Gallipoli : "La petite Thérèse c'est la joie de mon Coeur". Cette parole lui a été dite par Notre Seigneur lui-même alors qu'on la persécutait dans la première enquête qui fut faite sur le miracle des 500 Frs et qu'on l'attribuait aux sortilèges du démon. Mais c'est très très secret garde cela pour toi seule et tes biens aimées Mères .Mgr de Teil et le Tribunal n'en savent rien ou s'ils savent quelque chose de cela ce n'est que comme simple parole de la Mère Carmela on ne sait pas que Notre Seigneur lui a parlé. Une chose encore qu'on ne sait pas et que je te confie à toi seule c'est que la veille de l'exhumation quand Thérèse lui est apparue et lui a dit qu'on ne retrouverait que des ossements, elle lui a fait signe de regarder en haut, alors la Mère prieure vit un manteau de reine brodé par les anges tout brillant de pierreries qui figuraient lui dit-elle les vertus qu'elle a pratiquées sur la terre dans l'ombre et le silence, une couronne d'or était aussi suspendue au-dessus de sa tête et comme la Mère Carmela lui demandait pourquoi elle ne revêtait pas ce manteau et ne portait pas cette couronne Thérèse lui a répondu en souriant : "J'attends la permission du Pape.." Encore une fois ces détails sont très secrets et la bonne Mère Carmela si humble ne veut pas que j'en dise un seul mot à personne, je dois respecter sa confidence et toi aussi, ma sœur chérie.

Quelque chose qui n'est pas secret mais bien consolant aussi, c'est qu'un bon Monsieur polonais, un saint homme très instruit celui qui a traduit la vie en anglais car il a été élevé en Angleterre m'écrit hier d'Autriche où il est en ce moment : "J'étais un peu triste d'apprendre que son corps n'était pas conservé, mais le même jour il m'a semblé entendre une voie intérieure me dire : "C'était la robe de mes jours de travail que j'ai déposée, j'attends la robe du dimanche éternel : peu m'importe ce qui arrivera à l'autre".

Et un peu plus tard il m'a semblé entendre que cette dissolution fera passer des atomes de son corps par toute la terre de façon que non seulement son âme, mais encore quelque chose de son corps pourra être présent et "faire du bien sur la terre". Cela m'a bien consolé".

Est-ce que ce n'est pas joli ? Tu me diras à Noël ce que tu en penses.

N'oublie pas d'écrire sans retard à Mgr de Teil 17 Bd. St Germain Paris V° le résultat de ta déposition, je m'explique mal car tu es tenue au secret, mais répète quelque chose de ce que tu nous écris ce matin. Il en sera si content et il le mérite je t'assure qu'on lui témoigne de la reconnaissance. N’attends pas à Noël je t'en supplie.

Au revoir ma petite sœur chérie, remercie ta vénérée et bonne Mère pour nous! Mais chaleureusement n'est-ce pas ? Elle est de la famille, je sens cela !

Toutes les trois nous te disons à Noël et encore merci de ta lettre

Ta petite Maman du Carmel

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Nous croyons très bien que c'est le diable qui t'a tourmentée. Vieille souris infernale qui ne peut que se faire prendre à nos pièges et non pas nous prendre dans le sien !

J'ai donné ta lettre à lire à Mère Sous-Prieure, regarde ce qu'elle m'a écrit sur l'enveloppe, c'est si drôle que je l'envoie !