Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 11 septembre 1911

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

+                                                                                                         11 Septembre 1911

Ma petite sœur bien aimée,

Je te remercie de tes souhaits, de tes fleurs arrivées toutes fraîches, de tes 3 communions, de tout.

Je suis heureuse que tu aies senti l'odeur de roses au billet miraculeux. Je viens de recevoir une lettre de Mgr de Nardo qui me redit son bonheur de t'avoir vue, de la réception qui lui a été faite... quel bon et saint Evêque. Il nous laisse un si doux souvenir ! Je regrette qu'il n'ait pu dire la Messe à la Visitation.

Maintenant le secret est levé pour nos dépositions mais cela ne veut pas dire que nous puissions les lire... Nous pouvons en parler : c'est tout. Pour moi, je n'ai que des brouillons conservés de ma déposition. Toi ma petite sœur as-tu une copie de la tienne ? Si tu n'as pas une copie à pouvoir nous montrer jamais nous ne connaîtrons ta déposition, car jamais ou seulement au moment de la béatification nous aurons le procès dans nos mains. Tout cela est plus secret que tu ne penses malgré que le secret soit levé. Et c'est bien compréhensible. Autrement ce serait triste de tout livrer ainsi à la publicité.

On me dit que d'après le Procès on ferait plus tard une vie de notre Thérèse mais on fera cela avec discrétion, tout ce que nous avons confié ne sera pas publié.

Ma petite sœur bien aimée, je te quitte à regret, car je voudrais toujours être auprès de toi, mais bientôt il en sera ainsi et notre intime vie de famille interrompue pour quelques années pour l'amour de Jésus, reprendra dans le Ciel.

Ta petite sœur et maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Mon respectueux et affectueux souvenir à tes Mères.

J'ai mis plusieurs notes sur la lettre de S.M. du S.C. à propos du crucifix. Le crucifix que tu as était le nôtre mais celui que Thérèse avait reçu à sa Prise d'habit était plus grand. J'eus peur qu'il ne la blesse et 3 semaines après je le pris (le sien) et lui donnais le nôtre plus petit, elle le garda jusqu'à sa mort mais celui que nous avons est tout de même une relique car elle l'a baisé bien des fois et l'a caressé avec des roses que les novices lui apportaient. Celui que tu as a reçu plus de baisers encore et plus de roses.