Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 26 décembre 1913

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus +                                                                                            26 Décembre 1913

Ma petite sœur bien aimée,

Je te souhaite vite une bonne année sous le regard du petit Jésus. O ma petite sœur, que je serais heureuse de te souhaiter les années éternelles là-haut quand nous pourrons les vivre ensemble ! Mais nous nous acheminons petit à petit vers elles ! Quel bonheur ! En attendant nous vieillissons, les rides se creusent, les membres se raidissent, toute cette décrépitude nous fait désirer davantage l'éternelle jeunesse que le bon Dieu nous donnera au Ciel et elle nous aide à la désirer, à nous détacher de cette pauvre terre.

Je vais te paraître triste, mais point du tout ! je suis très gaie, au contraire et j'espère que ma petite Léonie est gaie aussi, que jamais elle ne pleure que le temps de faire sécher les mouchoirs tous les jours est passé parce que l'amour de Jésus qui remplit son coeur est un feu qui sèche ses larmes aussitôt qu'elles perlent à ses paupières. Et puis nous avons tant de sujets de céleste joie : notre petite Thérèse nos saints parents qui nous attendent là-haut avec nos petits frères et sœurs. Ici-bas les grâces du bon Dieu qui nous aident si puissamment à fournir notre course et puis de sainte affection et protection tout autour de nous. Oh ! tout de même que le bon Dieu est bon !

T’ai-je dit que Mgr de Teil est allé à Rome et que tout va pour le mieux en ce qui concerne notre chère Cause. Seulement il faut patienter encore longtemps je crois. Je ne vois pas la béatification avant une dizaine d'années au moins et l'Introduction de la Cause avant un an. Encore ce sera très beau (secret) Qu'est-ce que cela fait puisque notre petite sainte continue à faire beaucoup de bien.

Au revoir ma petite sœur et petite fille que j'aime tant je te presse avec tendresse sur mon coeur.

Ta petite sœur et mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.i.