Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 4 avril 1915

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

                                      +                       Alléluia                                            4 Avril 1915

Ma Petite sœur bien aimée,

Donne-nous de tes nouvelles. Pour nous, nous avons bien passé le Carême du moins pour ce qui me concerne jamais je n'ai été moins fatiguée.

Je t'envoie le N° de La Croix qui relate le plus beau miracle de la "Pluie de roses" de guerre. C'est une conversion. Ce n'est pas le Carmel qui a demandé l'insertion dans "La Croix". C'est un prêtre, paraît-il, à qui nous avions envoyé cette relation. Mgr de Teil m'en a demandé une copie pour le Pape.

Que notre petite Thérèse est tout de même puissante! De Rome, le Postulateur demande d'attendre pour imprimer une nouvelle pluie de roses, mais les pierres parleraient plutôt si nous nous taisions tout à fait et de tous côtés on imprime à notre insu nos petites copies disant que c'est un devoir de publier les merveilles de Dieu dans ses saints, dans sa petite sainte dont nous avons l'honneur bien immérité d'être la sœur!

Je t'envoie aussi petite sœur si chère, quelques imprimés de l’"Ouverture du Procès Apostolique". Tous les membres du Tribunal se sont fait photographier à l'issue de la séance. Je t'enverrai cette photo.

Cela me coûte beaucoup de faire une nouvelle déposition c'est une véritable épreuve pour moi-même d'y penser. Enfin le bon Dieu nous aidera. C'est manquer de confiance de se tourmenter, mais c'est plus fort que moi. Je ne peux pas encore comprendre comment je suis prieure d'une communauté avec mon caractère, j'aurais dû rester dans un petit coin.

De dire cela me rappelle la parole de notre Thérèse peu de temps avant sa mort: "Si au ciel, Je ne puis pas faire ce que je veux, donner des joies à mes petites sœurs par le bien que je ferai sur la terre, j'irai pleurer dans un petit coin". Ce que j'ai souligné est textuel, je l'ai écrit quand elle le disait et le reste est tout à fait le sens. Je vois qu'elle n'est pas en train de pleurer dans un petit coin du Ciel car le bon Dieu la met assez en évidence et lui fournit assez de roses pour jeter sur la terre et faire plaisir, donner des joies à ses petites sœurs.

J'embrasse la petite sœur de Caen qu'elle aime et que j'aime tant. Je la charge de mon religieux et affectueux souvenir pour ses mères et je lui dis au revoir toujours.

Petite Mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.i.