Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 16 août 1915

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T

Jésus           +                                                                                          16 Août 1915

Ma petite sœur bien aimée,

Ne pleure plus tu n'aurais même pas dû pleurer, car je ne voudrais jamais te faire la moindre peine.

Quant aux miracles pour toi, ma petite sœur si aimée, tu sais bien que notre bonheur est de te les faire connaître, je croyais que tu me demandais si la pluie de roses n'allait pas paraître. C'est pour cela que je t'ai répondu ce qui a pu te faire de la peine. C'est toujours à toi que nous pensons quand il nous vient des récits de miracles seulement pour que tout soit complet, cela demande tant d'échange de lettres avec les miraculés, et leurs familles et j'aime bien t'envoyer ce qui est complet et cela demande beaucoup de temps.

Je suis bien triste en ce moment auprès de ma pauvre petite sous prieure si malade, je suis bien éprouvée, je t'assure et quand je me réveille le matin, j'ai le coeur si angoissé que je suis bien vite obligée de le remettre à Jésus avec un acte de foi et d'abandon que je tâche de faire le plus parfaitement que je peux, mais sans ferveur sensible je t'assure.

Ce sont les peines de la vie que je connais depuis longtemps combien moins sensibles et moins terribles pourtant que mes peines du temps de Mère M de Gonzague ! La Communauté est un petit nid de saintes. C'est bien mal à moi de vouloir retenir les petits oiseaux dont les ailes sont toutes prêtes à voler! Mais comme ça coûte de voir tout à coup un de ces plus beaux petits oiseaux prendre son essor et disparaître dans les profondeurs du firmament !

Au revoir petite sœur et enfant chérie. Je te presse sur mon coeur et te défend de verser une seule larme si ce n'est une larme d'amour et de reconnaissance pour les bienfaits dont ton Jésus t'a comblée.

Petite sœur et Mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Tu peux garder la copie ci-jointe. Je vais tout de même te faire envoyer des vilaines médailles pour que tu puisses faire des heureux parmi les soldats que ta Communauté connaît les soldats ne sont pas difficiles tu sais.