Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 20 septembre 1915

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

M.J.T.

Jésus          +                                                                                       20 Septembre 1915

Ma petite sœur bien aimée,

Oh ! quel doux souvenir nous gardons des quelques jours passés ensemble. Tu peux te le figurer par ce que tu éprouves toi-même. O ma petite "fille" et sœur chérie, si tu savais comme à présent je me rends bien compte où en est ton âme. Sois bien assurée que malgré tes misères, elle voit ses ailes s'agrandir tous les jours, ou plutôt elle ne les voit pas, mais cela n'en est pas moins vrai. Et il viendra un jour qui n'est pas bien éloigné où ces ailes seront toutes prêtes à se déployer, alors Jésus fera un signe et la petite colombe Françoise Thérèse s'envolera au ciel sans plus de cérémonie.

Petite sœur, ne t'inquiète pas des images de Sr M.des Anges, tu n'as fait de peine à personne, au contraire, tout le monde t'aime ici et garde de toi le meilleur souvenir.

Mère Sous Prieure est toujours dans le même état, continue à prier pour elle et pour moi qui souffre tant de voir souffrir.

Quelquefois, souvent même je repense à nos doux entretiens sur le perron qui donne dans le jardin et je sens aussitôt mon coeur se serrer, parce que ces douces joies sont passées, alors quelque chose me dit intérieurement : "Bientôt le revoir éternel!!" Et je me console. Je t'aime tant ma petite sœur !

Si tu n'es pas morte avant la béatification, je continue à espérer comme je te l'ai dit que nous aurons la permission de te revoir pour que tu puisses vénérer la châsse de ta petite Thérèse, de celle à qui tu dois ta persévérance. Alors vivons dans cet espoir et remercions ensemble le bon Dieu de la joie qu'il vient de nous donner. Je te vois encore dans le cloître regarder au ciel, admirer le beau temps, joindre les mains et t'écrier: 'Que le bon Dieu est bon ! oh ! je suis trop heureuse!" Je sentais que cette reconnaissance le glorifiait continuons à lui donner cette gloire, le bénissant de tout, car sûrement tout contribue à notre bonheur, même l’exil de la séparation qui rendra au ciel notre réunion plus douce et plus délicieuse.

Ta petite sœur maman

Sr Agnès de Jésus 

Toutes ici te redisent leur affection et leur bon souvenir. Que je voudrais bien savoir où je pourrais me procurer une tondeuse à cheveux, lis bien cheveux car s'il m'arrivait des chevaux traînant une énorme tondeuse !!! C'est pour te faire rire.