Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 29 janvier 1916

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus          +                                                                                                    29 Janvier 1916

Ma petite sœur et fille chérie,

Je te remercie de tes vœux et je t'envoie les miens pleins d'affection. Petite "Françoise Thérèse" tes résolutions de retraite sont très bonnes, je viens encore de les relire.

C'est notre petite sainte qui te les a inspirées elle t'aime tant notre douce petite Thérèse ! Te voilà donc petite enfant toute petite enfant dans les bras de Jésus ! Et comme il est plus tendre qu'une Mère, pourrais-tu jamais croire qu'il desserre ses bras et te laisse tomber à terre, même glisser sans te faire de mal non tu ne peux pas même glisser. Mais il faut y mettre du tien, c'est-à-dire avoir une grande confiance en ces bras divins qui te pressent sur son Coeur plein d'amour pour sa pauvre petite créature. Ah ! cela lui est bien égal qu'elle se sente à charge à elle même et aux autres, au contraire il en est content ça fait ses affaires à Lui ! pourvu que ce ne soit pas du découragement, ça l'encourage à nous soutenir. Oh ! jamais nous ne lui sommes à charge à Lui !... Quelle pensée qui doit nous rendre heureuse !

Et puis la vie est si courte ! Qu'on soigne les malades, qu'on fasse le réfectoire, les journées passent avec rapidité. Courage ma petite sœur chérie, bientôt nous serons là-haut où il n'y aura plus de malades à soigner, de réfectoire à faire tout le monde se portera bien et notre festin sera servi par les anges comme Celui de Notre Seigneur après ses 40 jours au désert.

Au revoir ma petite enfant du bon Dieu, si tu es sur un de ses bras, moi je suis sur l'autre et je t'embrasse ainsi tout mon content.

Ta petite Sœur-Maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Ne te fais donc pas de peine pour le cahier, j'ai moitié plus de plaisir quand je sais les affaires d'avance.

Souvenir respectueusement affectueux à ta bonne Mère.

Ne t'occupe donc pas de "couper ta tête" le bon Dieu l'aime comme elle est en voilà une drôle d'idée ! Comme si une Mère n'aime pas mieux voir brailler son bébé que de le voir décapiter ! Je n'en reviens pas.

Il n'y a pas eu de circulaire après la mort de Thérèse ; Mère S.P. est aussi maîtresse des novices.