Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 31 août 1916

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

                                                                                                                     31 Août 1916

Ma petite sœur et fille aimée,

Ne t'inquiète pas de ce que tu éprouves et même de tes chutes mais quand tu n'en peux plus de toi fais comme notre petite Thérèse : "Sors de chez toi et cours aux actes de charité fraternelle" par exemple "rends un service en souriant tandis que tu voudrais montrer de la mauvaise humeur". Tu verras comme cela te réussira. Si tu as failli et fais tout le contraire demande vite humblement pardon à Jésus et à tes sœurs et puis pars contente sans te morfondre parce que le bon Jésus n'aime pas du tout cela. Je me plais à lui redire quand je suis triste cette invocation des litanies : "Jésus joie des Anges, ayez pitié de moi". C'est alors que je sens qu'il n'aime pas les gens morfondus.

Petite sœur ne te morfonds pas non plus pour Jeanne. Elle est bien moins triste que tu le crois. Ses lettres ne sont pas du tout elle-même. Je te confie cela. Nous la trouvons au parloir plus gaie que du temps de Francis. C'est incroyable mais c'est cela quand même. Sa petite Solange la distrait tellement et elle n'a plus le souci que malgré son affection pour son mari ou plutôt à cause même de cette affection elle avait de lui plaire, les soucis personnels de Francis qu'elle prenait encore, enfin des soucis domestiques qu'elle diminue ne gardant plus qu'une bonne.

Tu sais ma petite sœur, le bon Dieu est si bon qu'à côté de nos croix il met toujours des adoucissements, des compensations. Mais n'attend pas autre chose de Jeanne que toujours gémir quand même. Et pourtant si elle était pauvre ! mais non elle a tout à souhait et je te le répète ne prend pas du tout son chagrin "à gros" comme on dit à Alençon. Nous en sommes bien étonnées, c'est une grâce dont elle devrait convenir dans ses lettres.

Ta petite Mère qui t'aime

Sr Agnès de Jésus r.c.i. 

Ne te morfonds pas non plus pour les nougats nous en avons reçu aussi et beaucoup mange les tiens de bon appétit sans larmoyer sur notre sort.