Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 27 janvier 1918

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus          +                                                                                                27 Janvier 1918  

Ma petite sœur si aimée,

Bonne et sainte fête !

Et je te remercie en même temps des vœux que tu m'as adressés. Oh ! que ton coeur vibre ! Comme il est grand ! C'est pour cela que le bon Dieu l'a pris pour Lui seul. Et maintenant tu avances dans la vie, tu descends l'autre versant de la colline avec un coeur encore agrandi par toutes les grâces que tu as reçues de ce Dieu si bon. Mais non, tu ne descends pas tu montes ! Oh ! quel bonheur de penser que nous ne vivrons plus longtemps sur cette terre ! J'ai peur de la mort, mais cette pensée de quitter cette pauvre vie d'ici bas ne me cause que de la joie.

Revenons à nos fêtes, j'ai du chagrin de ne pouvoir t'envoyer les gâteaux traditionnels ! On nous dit que les pâtisseries sont fermées. Pour ma fête nos sœurs du voile blanc ont fait une sorte de gâteau que je trouvais meilleur que ceux des pâtissiers. J'aurais voulu pouvoir t'en donner pour ta fête, mais ils ne t'arriveraient pas assez frais. Il faut donc que cette année tu te contentes des 3 petits gâteaux de nos cœurs. Oh ! ceux-là sont toujours frais, je t'assure.

Nous préparons une fête pour Sr Marie des Anges dont le jubilé est le 9 Avril. Le 19 Mars nous aurons une prise d'habit .Tu vois que je te renseigne sur tout.

Au revoir ma petite Sœur bien aimée, mon coeur est plein et je ne te dis presque rien.

Je t'embrasse avec une grande tendresse. Je crois que plus ça va, plus je t'aime.

Ta petite sœur-Maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i.

Je t'envoie un paquet de jolies neuvaines.