Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 10 novembre 1918

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus +                                                       Carmel de Lisieux 10 Novembre 1918

Ma petite sœur et enfant bien aimée,

Que je suis contente de tes dispositions à ta sortie de retraite et reconnaissante à ton incomparable Mère Supérieure de te suivre avec tant de sollicitude dans le chemin de la perfection ! Dis le lui, je t'en prie et recommande moi à ses prières.

Voilà la vérité pour notre petite sainte : Elle a suivi toute la règle à partir de son âge de 21 ans jusqu'après le carême de 1896.

Elle a été au maigre toute sa vie religieuse sauf de très rares et courts moments; comme il nous arrive à toutes. Elle a été tous les soirs à Matines depuis sa profession, pris toutes les disciplines etc.. jamais d'exception particulière pour le lever du matin et tous les travaux communs que nous partageons ici avec les sœurs converses. Tu pourras maintenant répondre en connaissance de cause. J'ai oublié que jamais elle ne s'est servie de chaufferette qu'à l'hiver de 1896 à 1897

A présent, ma petite sœur il faut que je te dise, mais tu le sais peut être que nous espérons pour le 10 Décembre l'approbation du Procès à Rome. C'est le premier pas. Après cela, c'est la discussion sur les vertus puis sur les miracles puis .... la béatification ! Mais quand ? Car cela dépend du temps pris à tous ces examens. J'enverrai prochainement à Rome par Mgr de Teil les deux derniers cahiers de grâces copiés à la main (je t'envoie le 2ème).

A présent, je te dis au revoir petite sœur si aimée, tu me parles du "peuplier" et des vers qui te font du bien ; pour moi voilà ce qui me revient souvent à la pensée : "Tout mon désir est que mon coeur vous soit parfaitement uni" (C'est de l'Imitation) ou bien "O bienheureuse demeure de la Cité Céleste ! Jour éclatant de l'éternité, etc."

Encore une fois, au revoir et un tendre baiser sous le regard de Jésus.

Ta petite sœur et Mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.i.