Imprimer

De Mme Guérin à son mari - 27 août 1878.

De Mme Guérin à son mari, 27 août 1878.

 

Trouville le 27 Août 1878

Mon Cher Ami,

Je me dépêche de t'écrire ce soir car l’heure du courrier est proche. Nous avons passé deux bonnes journées depuis que nous ne t'avons vu. Il n'a pas tombé d'eau, c'est déjà beaucoup. Hier j'ai montré à Céline (Céline Martin, amenée par son oncle le dimanche 25. Elle rentrera avec les Maudelonde le mercredi 28. Léonie serait aussi venue à Trouville le 18, mais aurait regagné Lisieux avec son oncle le soir même) comment on pêchait l'équille, elle a même été assez heureuse pour en prendre trois belles. Aujourd'hui nous sommes allées à Deauville avec la famille Maudelonde. Nous avons passé le petit bac et nous avons fait visite à Mme Trocque. Céline Martin paraît bien heureuse, tous ces enfants là font plaisir à les voir si joyeux. Je crois que c'est un grand plaisir que nous avons procuré à Céline de la garder jusqu'à demain. J'ai reçu son petit paquet que tu m'as envoyé.

Je t'annonce aussi une demi-pièce de vin pour papa. Mme Jorry ­l'a expédiée [1 v°] hier matin, elle l'a fait remettre en gare et comme je pense qu'elle est à l'adresse de papa, je t'en avertis afin que tu la fasses camionner je pense par Casimir. Mme Collas et Mme Cognet sont venues hier pour me voir à cinq heures, je n'étais pas rentrée. Nous avons déjeuné ce matin chez Mme Maudelonde. Hélène est très amie avec moi. Jeanne et Marie ont pris ce matin leur bain, Marie continue à être assez raisonnable, hier je l'avais fait reposer, je craignais qu'elle n'eut la cholé­rine, elle se plaignait beaucoup du mal de ventre (c'est l'état maladif de Marie Guérin en 1878 qui avait déterminé ses parents à lui ménager un mois de vacances à la mer). Jeanne a pris son bain les deux jours. Eugénie se perfectionne dans l’art culinaire. Elle me fait vraiment de bonnes sauces, et je la laisse faire sa cuisine à peu près seule. Elle est bonne fille et fait vraiment tout ce qu'elle peut.

Aujourd'hui en revenant de Deauville, nous avons retrouvé sur la plage Mme Grimard avec Mlle Henry et Mme Hamelin et ses enfants. Nous avons été nous asseoir avec elles. Elles sont très aimables

Adieu mon cher Ami, demain je demande mes notes et bientôt je commence mes paquets. Mme Maudelonde part demain soir par le train de 7 h. 30 avec Céline. Je t'attends donc jeudi, ce n'est pas promis mais c'est dû, j’espère une surprise. A bientôt donc, en attendant les enfants et moi nous t'embrassons de tout coeur.

Ta femme toute dévouée

C. Guérin.

Si tu ne viens pas jeudi, ne manque pas de m'écrire, donne bien de nos nouvelles à maman, car je ne me vois pas le temps de lui écrire, et fais lui ainsi qu’à Papa nos amitiés à tous. Ernest et Henri (Maudelonde) ont été à la pêche à l'équille aujourd’hui, avec les Jorry; ils en ont pris beaucoup.

Retour à la liste des correspondants