Imprimer

7 novembre 1898

 

Carmel de Marienthal

C’est un charme entraînant qui saisit et entraîne l’âme dès qu’on ouvre le livre, et, difficilement on quitte cette lecture tout empreinte de céleste candeur, d’humilité touchante et d’une profondeur de conceptions peu communes. Nous ne saurions vous dire, ma Révérende Mère, combien cette histoire nous édifie, nous ravit, nous captive. Veuillez nous envoyer 10 volumes au plus tôt ; car il y a dans notre Alsace des lectrices impatientes, par excès de sympathie et d’attraction pour la chère petite sainte. Nos meilleurs remerciements pour le précieux et tant aimé souvenir de notre Angélique petite sœur Thérèse de l’Enfant Jésus.