Imprimer

3 Décembre 1898

 

Le Doré R.P.

Ma Révérende Mère ; Je vous suis extrêmement reconnaissant de m’avoir procuré l’occasion d’admirer les effets de la grâce dans votre aimable et sainte Sr Thérèse de l’Enfant Jésus. Quelle délicieuse petite âme ! quelle ravissante fleur ! Elle est vraiment le lys des champs ; en parcourant ces pages si naïves, si vraies et en même temps si profondes, on se sent ému. La lecture de cette âme m’a ravi. Elle a de profondes et délicieuses considérations sur la charité, l’amour, l’humilité, la souffrance, la paix. Elle est l’idéal de cette petitesse, de cette enfance si recommandée par N.S. Je vais recommander cet ouvrage. Il fera beaucoup de bien aux âmes droites et simples. Veuillez agréer…