Imprimer

6 février 1899

 

Chevalier, Mr l’abbé, Albi (Tarn)

Je ne sais comment vous remercier de ce livre admirable que vous m’avez envoyé. Je l’ai déjà lu dans son entier ; j’en suis aux Poésies ; je vais en faire une lecture méditée. Que de grands enseignements ! Ces petites vertus que nous méprisons et qui forment cependant la vraie vie chrétienne, comme cet ange savait les pratiquer ! Selon notre manière de parler, St François de Sales a dû être faché de céder à Ste Thérèse une jeune fille qui avait si bien ses idées de perfection. Comme votre sainte fille avait bien raison de prier pour les prêtres ! Comme ils en ont besoin ! Je n’ai qu’à me considérer moi-même pour le comprendre. Elle ne dit qu’un mot sur les prêtres, mais on voit qu’elle ne dit pas tout ce qu’elle pense… Puisque vous avez bien voulu nous autoriser à publier cette vie dans nos Annales, nous allons commencer sans retard.