Imprimer

De Mère Marie de Gonzague au Carmel de Tours - 14 octobre 1892. Fragment.

 

De Mère Marie de Gonzague au Carmel de Tours. 14 octobre 1892. Fragment. 

Notre pauvre Lisieux devient si mort, si triste, je ne sais pourquoi on paraît le fuir, nous n'avons plus d'amis.

Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à Mère Marie-Xavier de Sainte-Thérèse, prieure du Carmel de Tours - 9 septembre 1890.

 

De Mère Marie de Gonzague à Mère Marie-Xavier de Sainte-Thérèse, prieure du Carmel de
Tours. 9 septembre 1890.

J.M.J.T.
Carmel de Lisieux
Jésus ! 9 Septembre 1890
Bien chère Mère,
Je reçois les lignes affligées de votre chère fille, votre précieuse relique (Mère Thérèse de Saint-Joseph,
ancienne prieure de Tours, morte le 8 septembre 1890) vous a quittées pour la patrie, comme je jouis
pour elle et comme je souffre pour vous... Je vis près de vous et mêlant mes larmes aux vôtres près de
cette chère dépouille ; je crains bien d'avoir d'ici peu même douleur. Ma vénérée Mère Geneviève change
et elle est bien fatiguée depuis 8 jours, enfin [Dieu] a permis que son cœur puisse encore être témoin du
bonheur d'une enfant que j'ai immolée hier (Thérèse, qui a fait profession la veille), cette Ange d'enfant a
17 ans 1/2 et la raison de 30 ans, la perfection religieuse d'une vieille novice consommée et la possession
d'elle-même, c'est une parfaite religieuse, hier pas un œil n'a pu rester sec à la vue de sa grande et entière
immolation. Du haut du ciel votre vénérable Mère a été témoin de son bonheur et de notre joie, je la prie
de nous bénir.
Soignez-vous, Bonne Mère, vous devez être bien fatiguée, bien brisée. Le salut le plus fraternel possible
à votre cher troupeau. Union de plus en plus au pied de la Croix. Votre indigne mais affectionnée petite
sœur et servante,
Sr Marie de Gonzague
r.c.i.

Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à la prieure du Carmel de Tours - 30 décembre 1888.

De Mère Marie de Gonzague à la prieure du Carmel de Tours. 30 décembre 1888.

 

J.M.J.T.

Carmel de Lisieux,

30 décembre 1888

Que Jésus Enfant nous comble de ses faveurs.

Ma très bonne Mère,

Vous devez me trouver indifférente de ne pas venir plus vite vous dire combien j'ai été touchée en voyant que vous n'aviez pas oublié notre pauvre petit Carmel dans la distribution de vos chers livres ('ouvrage récemment paru; La Fille de Sainte Thérèse à l’école de sa mère, par Mère Thérèse de Saint-Joseph, ancienne prieure du Carmel de Tours) dans lequel j'ai jeté un petit coup d'œil avec un bonheur extrême... Tout ce qui parle de notre Sainte Mère touche si fort le cœur de ses filles. Merci, merci ; il me semble que j'ai correspondu avec la bonne Mère Thérèse de Saint Joseph il y a 7 ou 8 ans pour des neuvaines à la Sainte Face, une de nos grandes dévotions et de laquelle nous venons d'obtenir une grande grâce, aussi une lampe brûle dans le sanctuaire devant la Sainte Face, et dans notre Chœur pendant quelques heures chaque jour devant une autre, toutes les deux portant l’authentique de Rome. Je pense, ma Mère, que vous savez que la bonne Mère Sous-Prieure de notre cher Saigon est malade, dans le cas où vous ne le sauriez pas, veuillez, ma bonne Mère, n'en rien dire, mais prions pour ce cher Carmel, le climat tue vite, et il est éprouvé...

Veuillez, ma Digne Mère, agréer mes vœux sincères pour 89, nos âmes unies, nos cœurs ne formant qu'un cœur, obtiendront pour chacune de nous toutes les bénédictions du Ciel pour nos deux Carmels chéris.

Votre petite Sœur et servante,

Sr Marie de Gonzague.

r.c.i.