Imprimer

Le jardin


 

jardin home

 

Le travail du jardin occupait surtout les sœurs converses. Cependant, comme les novices étaient utilisées pour désherber, on présume qu’aux moments les plus intenses, elles pouvaient être employées au jardin pour désherber le potager. Ce potager a été réorganisé en 1890, avec un important achat de graines.

A part ce potager, le jardin comprend quelques arbres fruitiers, et le foin qui pousse dans la prairie, dont la vente ne rapporte que peu de chose. Il sert surtout à remplacer le contenu des paillasses, ces matelas bourrés de foin sur lesquels dorment les carmélites. Sa moisson nous a valu une belle photo de la communauté en plein travail (en juin 1896).

Le sac de paillasse est un sac de grosse toile de jute, en forme de matelas avec tous les coins faits et bien cousus. On le remplit de paille jusqu’à ce qu’il soit bien bourré.

La paillasse reste bombée pendant un mois environ : il fallait faire son trou dedans pour ne pas tomber en bas du lit, car il était difficile de tenir dessus aux premiers jours. C’était comme se coucher sur un petit tonneau !

On changeait la paille quand le milieu était devenu un trou à cause de la paille trop cassée.

webTH-35

La communauté disposait d’un jardinier jusqu’en 1888, d’après le livre de comptes. Ensuite, il vient à la journée dans les temps forts.

Il y a également une modeste basse-cour au bout du jardin, qui réclame des soins quotidiens. Les sœurs en mangent les oeufs mais cela ne suffit pas pour l’alimentation de la communauté.

 

Retour à l'accueil du Travail