Imprimer

Les textes lus au réfectoire

circul


Moines et moniales prennent leurs repas en silence au réfectoire. C'est là une tradition monastique établie depuis longtemps dans tous les Grands Ordres. Pendant le repas, un membre de la communauté fait la lecture. A Lisieux, on lisait un livre en continu, entrecoupé par la lecture, au repas du soir, de la traduction française de l'Office (Dom Gréa), et par la lecture de circulaires reçues d'autres Carmels. Ces circulaires sont de courtes biographies de soeurs défuntes. Cette lecture faite tranquillement avait un puissant impact sur les auditrices ; on peut le vérifier en de nombreux passages des oeuvres de Thérèse,  directement inspirés de cette lecture, notamment des circulaires.
La carmélite dont c'est le tour monte en chaire au réfectoire, et elle ne lit pas comme dans une conversation ! La lecture se fait de manière quasi-musicale en recto-tono (du latin : sur un ton droit, uni). C'est-à-dire que le texte est lu sur une même note, un mi par exemple. Pour améliorer l'audition du texte, on abaisse la note d'un demi-ton à la fin d'une phrase.

 

livres