Imprimer

De Céline à Vital Romet - Avril-Mai 1880.

De Céline à Vital Romet. Avril-Mai 1880.

 

Mon cher Parrain

Que vous êtes bon de gâter ainsi votre petite Céline !... Oh quel beau cadeau vous m'avez envoyé mon bon Parrain, j'en suis si touchée que je ne sais comment vous dire merci... Je voudrais pouvoir au moins vous couvrir de baisers pour [l v°] rendre ce merci moins sec ! Oh ! pourquoi êtes vous si loin de moi en ce moment cher et bon Parrain ?

Papa m'a promit de mettre mon beau porte bonheur le lende­main de ma première Communion (le 13 mai), je m'en réjouis. Si je mêle un peu de vanité à ce bonheur, je vous promets qu'il y aura au fond de mon coeur encore plus de reconnaissance et d'affection pour vous cher Parrain gâteau.

Et le jour de ma première Communion comme [2r°] je prierai pour vous !... je vous l'ai déjà promis dans ma dernière lettre mais à présent c'est avec plus de tendresse encore que je vous le promets.

J’aurais voulu vous répondre tout de suite pour vous remercier, mais je suis si pressée de devoirs, d'examens, de leçons de catéchisme que je n'ai pu trouver un instant, j’en avais le coeur tout gros et j'en veux bien à mes méchantes leçons de m'avoir retardé ainsi.

Adieu mon cher Parrain [2v°] je vous envoie mes plus tendres baisers, en attendant l'année prochaine où vous m'avez presque promis de venir à Lisieux... Ne l'oubliez pas surtout pour nous dédommager du bonheur que vous nous enlevez en n'étant pas là le jour de ma pre­mière Communion. J'embrasse aussi de tout mon coeur Mademoiselle Pauline et je vous dis encore mille fois merci pour le magnifique porte-bonheur que vous m'avez envoyé.

Votre petite filleule respectueuse

Céline

Retour à la liste des correspondants