Imprimer

De Mère Marie de Gonzague au Carmel de Compiègne. 23 avril 1896.

 

 

De Mère Marie de Gonzague au Carmel de Compiègne. 23 avril 1896.

 

Jésus                Carmel de Lisieux

J.M. + J.T.       23 avril 1896

 

Ma bien Révérende et bonne Mère,

         Je ne vous ai pas répondu après la réception de votre petite circulaire au sujet de nos chères Martyres, car nous avions deux guérisons bien précieuses que nous voulions recommander à ces saintes Mères et je voulais attendre la fin de la 9ne pour vous écrire : un père de famille, jeune capitaine, père de 3 bébés dont l'aîné a 6 ans, venait d'être administré et sans aucun espoir de guérison; nous l'avons recommandé à la Ste Vierge qui apparaît près des Sables d'Olonne (aucune trace dans la Presse de l'époque), et à nos chères et Saintes Martyres, il est sauvé. Ce parfait chrétien est le cousin-germain de notre Mère Sous-Prieure (Sœur Marie des Anges, née de Chaumontel.). Une jeune fille, nièce d'une de nos sœurs, qui est dans une maison en Angleterre, a eu des opérations à un pied, le pauvre pied vient encore de faire des siennes et a remis par des souffrances affreuses la chère enfant au premier point de la maladie qui était très grave il y a 3 ans, nous avons confié la chère enfant à nos Saintes Martyres, elle écrit hier que son pied est en voie de guérison, qu'elle marche et a repris ses habitudes... Vous voyez ma digne Mère si je suis heureuse et nos chères filles débordent de reconnaissance!! Je voudrais que nous puissions envoyer pour les frais dont vous parlez une grosse somme mais vous voudrez bien agréer l'obole de la veuve, nous mettons sous ce pli un petit mandat de 10 F que le Cœur de Jésus voudra bien centupler, je l'espère... Inutile, ma Mère, de vous redire notre union fraternelle. Vous savez combien elle est cimentée par notre chère Sœur Fébronie (Sœur Fébronie de la Sainte-Enfance avait trouvé refuge au Carmel de Rennes pendant les quelques mois d'exode de la guerre de 1870, y retrouvant les carmélites de Compiègne, repliées dans la même ville) de si vénérée mémoire et elle l'est pour les générations présentes et futures. Une petite prière pour la pauvre vieille (elle a 62 ans en 1896) sur les épaules de laquelle on a remis la houlette depuis le mois de mars, elle avait tant espéré rester dans sa chère solitude que le fardeau lui paraît plus lourd que dans le passé, les 3 ans au dépôt (l'économat) m'ont paru 3 jours!... Bien en union dans vos œuvres je me dis dans le cœur de notre Époux et près de nos Saintes Martyres.

Votre humble servante
Sr Marie de Gonzague
r.c.i.

Un mémento pour une jeune novice qui va faire profession le 30 avril (sœur Marie de la Trinité).

Retour à la liste des correspondants