Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Céline - Décembre (?) 1883

De sœur Agnès de Jésus à Céline. Décembre (?) 1883

 

J.M.J.T.

Jésus

Mon petit Célin chéri,

J'espère que tu m'en as écrit une longue lettre. A la bonne heure. C'est bien cela de rendre compte à son Paulin de tous les petits incidents de [1 v°] sa semaine.

J'aime surtout à entendre dire ou plutôt à lire les petits mystères du coeur. Quand je vois que ma Céline chérie a fait des efforts, qu'elle a toujours bonne volonté, que sa petite âme se tourne toute entière à l'amour de la vertu, je me sens si, si heureuse [2 r°] que je ne puis le dire... C'est qu'aussi mon petit Célin, c'est ma fille à moi, je l'ai conduite au bon Dieu le jour de sa Première Communion, je suis sa Marraine et avec ces titres je peux bien revendiquer mes droits. Voyons, n'est ce pas, fillette, que ton petit coeur est mon héritage, [2 v°] ma propriété.

Oh ! je ferai de belles choses sur ma propriété. J'y bâtirai un palais magnifique où le petit Jésus, la Ste Vierge et les Anges aimeront à venir reposer dans leurs courses ici bas, puis j'y planterai de belles promenades, j'y sèmerai de belles fleurs depuis le lys de l'innocence jusqu'à la petite violette de l'humilité. N'est ce pas que ce sera charmant. Mais il me faudra ton aide, je suis ingénieur architecte, tu es maçon et jardinier.

Adieu [2 v° tv] mon petit enfant chéri je t’embrasse comme je f aime.

Ton Agnès

[1 v° tv] Dis à Marie que sa lettre m'a fait beaucoup de plaisir, que je me réjouis de Samedi pour la remercier et [2 r° tv] lui parler à mon aise. Embrasse la bien fort pour moi. Oh ! Je l'aime toujours bien ma petite Marie ! Oui de tout mon coeur!

Retour à la liste des correspondants