Imprimer

De Céline à sœur Marie du Sacré-Cœur - Vers le 20 juillet 1893

 

De Céline à sœur Marie du Sacré-Cœur. Vers le 20 juillet 1893 

Un soir, entrant dans la chambre de Papa, j'ai été surprise en l'entendant chanter, car Désiré ne lui aidait pas, il avait seulement entonné  le Kyrie et Papa le continuait avec sa belle voix si juste, mais un peu voilée. Souvent Papa et Désiré chantent ainsi des psaumes et toutes sortes de chants d'église. Cela plaît beaucoup à Papa.

Mon cher petit Père est mon petit baby... tu ne te figures pas, ma chère Marie, toute la tendresse que j'ai pour lui. Le croirais-tu ? chaque soir quand je le quitte après lui avoir dit bonsoir, je le bénis sans qu'il s'en aperçoive et la nuit est toujours très bonne après. C'est comme si j'étais devenue sa mère et l'efficacité de mon signe de croix me touche beaucoup de la part du bon Dieu.

Retour à la liste des correspondants