Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 1 juin 1909

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T.

Jésus+                                                                                                   1er Juin 1909

 

D'avance bon anniversaire ma petite sœur bien aimée! Pour le célébrer je t'envoie de la part de notre Mère la photographie du projet d'une statue de Thérèse. C'est un Mr Anglais qui la donne, mais nous la garderons dans notre Monastère et il n'en sera pas fait d'autres avant la béatification de Thérèse. Garde bien ce secret avec tes bonnes Mères. Nous ne l'avons dit qu'à Mgr de Teil qui est très content et trouve le modèle très beau. Mon oncle n'en saura rien et nous ne la montrerons à Mgr que lorsqu'il entrera au Monastère et la verra forcément. D'ailleurs elle n'est pas faite! Cela demandera bien un an. Cette photo n'est pas bien. Ce n'est qu'un dessin une idée de la statue pour qu'on puisse juger de l'ensemble.

Ma petite sœur bien aimée, combien je me réjouis de te voir (sans avoir cessé de l’être) redevenue l'enfant de la bonne, si bonne Mère Jeanne Marguerite. C'est celle qui était supérieure lors de mon passage à Caen n'est-ce pas? J'en ai gardé un si doux souvenir. Bien doux souvenir aussi de la bonne Mère actuellement déposée, de toutes les sœurs, de toi ma sœur si aimée...

Je ne t'écris pas souvent mais si tu savais combien souvent je pense à ta "petite âme" devant le bon Dieu, aux miséricordes dont ce Dieu d'amour t'a entourée. Tu es privilégiée plus que nous parce que plus que nous toutes tu as été en danger. Je frémis quand je pense à ton enfance, car tu étais comme sortie du nid de famille par la vilaine main du démon. Mais le petit oiseau blessé est revenu se blottir là et il n'en sortira jamais. Ah! quand nous verrons au ciel tout l'enchaînement des grâces du bon Dieu dans nos vies fragiles d'ici-bas quel étonnement plein de reconnaissance!

Deviens une sainte ma petite sœur mais pas une sainte craintive, je t'en conjure. Va à Jésus par la confiance et l'amour. Ne pleure pas sur des imperfections que tu garderas toute ta vie, cela ne sert à rien du tout. C'est du temps perdu. Toujours nous serons misérables, boiteux, éclopés de toutes façons, mais si le coeur dit à Jésus au milieu de ses misères
"Ayez pitié de moi! vous êtes mon tout, ma joie et mon amour!" tout est bien pour nous! quand même nous aurions perdu à la bataille nos deux jambes et nos deux bras.

Je n'ai pas encore perdu mes deux bras et je t'embrasse ma petite sœur bien aimée de tout mon coeur.

Ta petite sœur maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Une Miss voulait aller te voir. A-t-elle exécuté son dessein? Nous sommes envahies de pèlerins. Connais-tu le miracle d'Espagne à la Trappe de Tarrega ? Je t'en enverrai le récit si déjà mes sœurs ne te l'ont donné.

Ma santé est très bonne.