Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - juin 1910

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

J.M.J.T

Jésus +                                                      Carmel de Lisieux   Juin 1910                                                                                                                                            

                                                                   [après 6 juin]

Ma petite sœur bien aimée,

 

Je suis en grande retraite et pendant ce temps le croirais-tu je m'occupe de ma déposition! Enfin Thérèse me le rend par la paix que je ressens au fond du coeur par le désir que j'ai d'aimer le bon Dieu, d'être tout à Lui, mais tout à fait autant qu'il est possible de l'être autant qu'il veut que je le sois. Prie pour moi, ma sœur chérie, afin qu'il en soit ainsi. Je demande à Jésus la même grâce pour toi.

Je me suis bien réjouie avec tes petites sœurs des belles et pieuses fêtes du centenaire, nous étions près de toi par la pensée, bien fière je te l'assure d'avoir une petite sœur visitandine. A la Visitation du Mans, parait-il c'était très beau aussi. Du haut du Ciel notre petite Thérèse a du t'envoyer bien des grâces et même te les porter elle-même car c'est son Ciel d'être auprès de sa petite Françoise Thérèse, de lui faire du bien, de poser sa belle petite main lumineuse et pleine de roses d'amour que lui donnent (sic) Jésus sur le coeur de sa petite sœur, sur toutes ses actions pour leur donner un cachet, un parfum céleste. Oh! nous la voyons! Elle en fait du travail dans ton âme ! Quelquefois aussi elle vient tendre ses deux mains devant toi, devant nous, pour que nous les remplissions de pétales de roses. Sa provision est épuisée! elle a tout jeté sur le monde, sur les âmes des pauvres pécheurs, elle nous mendie de petits sacrifices, des actes d'amour, d'humilité, d'obéissance. Ne lui refusons pas, car c'est à nous de lui aider. En famille ne doit-on pas s'aider les uns les autres. Oh ! quel bonheur et quel honneur pour nous d'avoir à aider à une petite sœur qui est une sainte. Je ne puis encore me faire à cette pensée elle me fond le coeur de reconnaissance.

Nous lisons en ce moment au réfectoire la vie d'une autre petite sainte, Gemma Galgani de Lucques en Toscane. C'est tout à fait extraordinaire. Elle est morte en 1909 à peu près au même âge que Thérèse. Elle avait les stigmates elle brûlait d'amour pour Jésus. Nous ne pouvons avoir les stigmates mais nous pouvons brûler d'amour pour Jésus, c'est cela qui m'encourage. J'ai éprouvé tant de joie aussi de voir que de notre temps où Notre Seigneur est si délaissé, si méprisé, il y a encore ça et là sur cette pauvre terre des cœurs qui brûlent d'amour pour lui. Et j'admire aussi comme le bon Jésus rend ses petites victimes d'amour même en leur envoyant beaucoup de croix et de souffrance. Gemma disait à son doux Maitre : "Merci Jésus de m'avoir tant aimée et de m'avoir rendue heureuse". C'est cela que nous disons aussi n'est-ce pas ma petite sœur chérie? Oui, malgré nos grandes épreuves Jésus nous a tant aimées qu'il n'a pu faire autrement que de nous rendre heureuses au milieu de nos larmes et maintenant il s'apprête à donner à notre famille une marque inestimable de cet amour, la joie la plus grande qu'on puisse avoir en cet exil parce que c'est une joie du paradis. C'est le Ciel ouvert pour que nous y contemplions l'une des nôtres dans la gloire.

Au revoir ma petite Léonie d'autrefois, ma petite Françoise Thérèse d'aujourd'hui, ma petite sœur de toujours. Je t'aime beaucoup beaucoup et je te presse sur mon coeur. Je crains de t'étouffer... sauve-toi vite!

Petite Mère

Sr Agnès de Jésus

r.c.ind. 

M. le Chanoine Deslandes est parti ou doit partir ces jours-ci pour Rome où Mgr l'envoie exprès pour porter les écrits.

Pour Thérèse te rappelles-tu que c'est toi qui lui avais donné un grand crucifix au moment de sa retraite de Ière Communion. Tu pourrais le dire dans ta déposition... sa joie en le recevant. Ce que tu as vu enfin.

Veux-tu mettre cette lettre à la poste en y écrivant l'adresse. Je ne l'ai pas, je ne puis répondre; c'est une personne guérie par Thérèse la sœur d’une de vos sœurs. La guérison que tu me racontes de cette bonne sœur tu ne me dis pas son nom est très intéressante. Dis lui que je m'unis à elle pour remercier et pour demander pour son âme toutes sortes de grâces.

Nous allons avoir une prise d'habit le 16 Juillet. C'est une petite Sr Marie de l'Enfant Jésus de Quimper, 21 ans. Charmant sujet. 

As-tu envie d'avoir les éditions étrangères de la vie de Thérèse? 

Ne m'oublie pas auprès de tes bonnes Mères, tu sais que je les aime bien parce qu’elles sont tes Mères si dévouées, parce que je les connais et que je sais qu'elles m'aiment bien aussi L'amour attire l'amour.