Imprimer

Demeures pour le Carême - 1er dimanche de Carême


Demeure 1
Votre demeure sera dans l’abandon au bon plaisir divin. C’est à peu près l’unique demeure de laquelle nul événement, nulle créature ne peut  vous faire sortir malgré vous. Si, durant la Sainte Quarantaine, vous savez y rester fidèlement, vous y goûterez tant de célestes charmes que vous ne voudrez plus jamais le quitter.
Demeure 2
Votre demeure, pendant le Carême, sera au Carmel de Lisieux. Pourquoi vous éloigneriez-vous, même par la pensée, de cette terre de grâces, de ce lieu de bénédictions où le regard de Dieu et de ses Anges se repose avec tant de délices et d’amour ? Passez la Sainte Quarantaine à remercier le Ciel de vous faire vivre dans ce paradis terrestre. Songez qu’il y a des saintes parmi vos sœurs ; rendez-en grâces à Dieu ; priez pour elles, priez pour toutes afin  que toutes soient dignes du grand privilège d’avoir été plantées en ce parterre de choix.
Demeure 3
Demeurez dans votre propre cœur pendant ce Carême. C’est un temple vivant où habite la Trinité Sainte. Aimez à vous y retirer le plus souvent possible et à vous entretenir avec vos adorables Hôtes.
Demeure 4
Pendant ce Carême, demeurez dans les bras de Marie. Demandez à votre céleste Mère de vous donner la science des grands mystères qui vont se dérouler sous vos yeux ; demandez-lui de vous faire contempler Jésus crucifié, puis ressuscité, avec les sentiments d’amour qui l’animaient elle-même aux jours de l’humiliation et du triomphe de son divin Fils.
Demeure 5
Pendant ce Carême, vous tiendrez compagnie à la Sainte Vierge, vous souvenant  des quarante jours qu’elle passa solitaire tandis que Jésus était au désert, jeûnant et priant. Vous serez pleine de tendresse pour votre Mère chérie, vous lui parlerez souvent, songeant combien elle dut souffrir de cette séparation qui devait lui rappeler douloureusement les trois jours passés par Jésus au Temple. C’est pour vous qu’elle a enduré cette peine, témoignez-lui en donc plus d’amour.
Demeure 6
Vous demeurerez, pendant ce Carême, au désert, près de Jésus. Vous l’imiterez dans son jeûne, soit au physique, soit au spirituel, soit aux deux, si vous le pouvez. Vous l’imiterez surtout dans son oraison  continuelle en vous tenant dans un recueillement plus parfait que jamais.
Demeure 7
Demeurez, pendant  ce Carême, à l’ombre de la Croix. « En quelque lieu que vous alliez, dit l’Imitation, partout vous trouverez la Croix. » Si vous choisissez cette demeure, vous êtes donc bien sûre de pouvoir y rester. La croix est douce à celui qui l’embrasse avec amour, embrassez-la d’un cœur fervent, dans les mille petites occasions que vous rencontrez chaque jour sur votre route et vous goûterez bientôt sa suavité, si vous ne la connaissez pas encore.
Demeure 8
Faites votre demeure, pendant ce Carême, dans « la vallée fertile de l’humilité ». Descendez-y sans cesse en pensant à votre néant, en recevant avec joie les humiliations extérieures qui vous seront envoyées. Songez pour vous donner du courage, qu’un jour viendra où, après le long carême de cette vie, Jésus ressuscité sera le divin Ascenseur qui vous emportera de la terrestre vallée au sommet des collines éternelles.
Demeure 9
Demeurez, pendant ce Carême, auprès de Jésus en oraison. Souvenez-vous de ces nuits qu’il passait en prière, et efforcez-vous de reproduire dans votre cœur les sentiments d’humilité et d’amour qui animaient alors l’âme de l’Homme- Dieu dans ces ineffables colloques avec son Père céleste.
Demeure 10
A l’Autel Jésus renouvelle, dans le silence et les ombres de la foi, les grands mystères de salut que l’Eglise va proposer à nos méditations. Demeurez donc, pendant ce saint temps du Carême, soit en esprit, soit en réalité, auprès de Jésus Eucharistie et unissez-vous aux sentiments de son Cœur adorable.
Demeure 11
Votre demeure sera, pendant ce Carême, au milieu des Juifs, des infidèles, des hérétiques et de tous les pécheurs. Vous multiplierez vos petits sacrifices, vos actes de vertu dans le but de convertir un grand nombre de ces pauvres âmes et de les offrir à Jésus ressuscité le jour de son triomphe.
Demeure 12
Votre demeure sera, pendant ce Carême, à Jérusalem écoutant d’un cœur avide les prédications de Jésus dans la Ville sainte et le dédommageant de la froideur railleuse de ses auditeurs par votre attention de respect et d’amour et par votre ferveur dans l’observation de tout ce qu’il enseigne.
Demeure 13
Votre demeure, pendant ce Carême, sera sur les rives du lac de Génésareth. Tantôt vous vous mêlerez à la foule enthousiaste qui acclame Jésus et vous le louerez avec elle ; tantôt vous vous joindrez aux disciples pour l’entendre de plus près. Vous vous trouverez là surtout où il est indignement reçu afin de le consoler, par votre amour ardent et généreux, de la haine ou de l’indifférence qu’il rencontre.
Demeure 14
Vous passerez le temps du Carême à Béthanie, imitant Marie et Marthe dans leur amour et leur assiduité auprès du Sauveur, et le consolant avec elles de l’indifférence et de la haine dont les hommes paient son dévouement et sa tendresse ineffables.
Demeure 15
Pendant ce Carême, fixez votre demeure dans le Cœur de Jésus et, plongée dans ce brasier ardent, embrasez-vous de charité pour Dieu et le prochain.
Demeure 16
Pendant ce Carême, vous irez souvent en esprit au Jardin des Oliviers ; vous y tiendrez compagnie à Jésus durant ses longues veilles et surtout durant sa terrible agonie, lui prodiguant le plus tendre amour pour lui faire oublier l’ingratitude et la malice de vos frères pécheurs.
Demeure 17
Votre demeure, pendant le Carême, sera le Cénacle. Ornez votre âme avec un soin jaloux pour la réception de la divine Eucharistie, et préparez-vous, par une plus fervente Communion quotidienne, à la Communion du Jeudi Saint qui doit, en commémorant le mystère de la première Cène, vous en ramener aussi les ineffables grâces.
Demeure 18
Vous demeurerez, pendant ce Carême, les yeux fixés avec amour sur la Face douloureuse de Jésus, offrant au Père Céleste, pour le salut des pécheurs, cette Face divine sur laquelle reposent ses regards de complaisance.
Demeure 19
Vous demeurerez, pendant ce Carême, les yeux fixés sur la Face glorieuse de Jésus, le suppliant, comme Thérèse, d’imprimer en vous sa divine ressemblance  et excitant en votre cœur, par la vue de son ineffable beauté, un amour plus tendre et plus ardent.
Demeure 20
Vous demeurerez, pendant ce Carême, sur la voie douloureuse, allant en esprit du prétoire de Pilate au sommet du Calvaire, vous arrêtant à chaque station et méditant  avec un tendre amour sur les souffrances du Sauveur.
Demeure 21
Pendant ce Carême, vous suivrez la Ste Vierge dans les allées et venues qu’elle dut faire de Jérusalem à Béthanie durant les quarante jours qui précédèrent la Résurrection. Vous partagerez ses sollicitudes, ses angoisses, vous la prierez de vous communiquer un peu de son amour pour Jésus, et vous lui offrirez à elle-même toute votre tendresse filiale.
Demeure 22
Pendant ce Carême, vous suivrez Jésus partout où il fut durant les semaines qui précédèrent sa mort ; vous lui tiendrez fidèle et tendre compagnie durant sa Passion, et demeurerez au tombeau juqu’après sa Résurrection.
Demeure 23
Pendant ce Carême, demeurez dans une solitude profonde, solitude intérieure et extérieure si vos emplois le permettent, ou simplement intérieure. Vous vous acheminerez ainsi vers l’union divine à laquelle tendent tous vos désirs.
Demeure 24
Demeurez pendant ce Carême dans un continuel et universel renoncement. Si vous êtes fidèle à cet exercice d’abnégation, votre âme aura fait d’étonnantes ascensions dans l’amour lorsque viendra le Jour de Pâques.
Demeure 25
Faites votre demeure, pendant ce Carême, dans les régions de la pure foi. Exercez-vous beaucoup à l’esprit de foi à l’égard de vos Supérieurs.  Souvenez-vous que c’est par la foi que nous arrivons à la connaissance de Dieu, à son amour et, par conséquent, à l’union tant désirée de votre âme.
Demeure 26
Pendant ce Carême, vous demeurerez dans la paix, mais à une condition : c’est que vous vous employiez de tout votre pouvoir à la faire régner autour de vous par votre charité, votre humilité, votre déférence, votre douceur. Et, si vous agissez ainsi, vous serez appelée « enfant de Dieu » qui vous regardera avec une singulière complaisance. 

 

Retour aux Petits mots