Imprimer

Du Fr. Siméon à sœur Geneviève. 12 juillet 1897.

 

Du Fr. Siméon à sœur Geneviève. 12 juillet 1897.

 

Rome, le 12 Juillet 1897.

 

      Ma très chère Sœur,

       Les tristes nouvelles que m'apporte votre lettre sur la triste position de votre admirable sœur sont douloureuses et consolantes. Mourir d'amour pour Jésus mort par amour pour nous, quelle chose plus sublime, plus héroïque, plus digne d'envie!! Je prie et fais prier pourtant pour que Dieu la conserve et la guérisse pour votre consolation et la gloire de votre Carmel de Lisieux.

       Le St Père ne reçoit pas en ce moment, nous avons des chaleurs suffocantes, on ne respire plus. J'ai fait demander la Bénédiction Aposto­lique et l'Indulgence in articulo mortis [lv°] pour votre Ste Sœur. Le St Père a tout accordé. C'est par l'entremise du Prélat son secrétaire que la faveur m'est arrivée il y a quelques instants.

         Je prends, chère sœur, la plus large part à vos douleurs, à celles de Madame votre digne Supérieure et à celles de toutes vos Stes compagnes.

     Je me recommande à vos Stes prières. Excusez mon écriture, la chaleur accable, on n'a plus de forces.

Agréez tous les respects de
Votre bien respectueux serviteur
f. Siméon

Retour à la liste des correspondants