Imprimer

La garde d'honneur du Sacré-Coeur

 

Billets tirés le 1er vendredi du mois. Ils étaient placés dans une corbeille sur la marche de l'autel du choeur, entre les stalles de la prieure et de la sous-prieure.
Nous avons deux séries différentes, sans différence de date : les soeurs devaient alterner l'une et l'autre.

Archiconfrerie de la Garde d'honneur du Sacré-Cœur de Jésus

Érigée par S S Léon XIII dans l’ Eglise des Religieuses de la Visitation de Bourg (Ain).

Ces billets se tirent le 1er vendredi de chaque mois.  Approuvé par Mgr l'évêque de Belley.
Inscrit au bas de chaque office: Le Cœur de Jésus vous recommande d'être bien fidèle à votre heure de Garde, à laquelle sont attachés sept ans et sept quarantaines d'indulgence. (Pie IX, 7 avril 1865.) — Pater, Ave.

Billets-zélateurs, 1ère série [bordée de rouge].

1er OFFICE
L'Ame aspirante à l'amour du Sacré-Cœur
Le règne du pur amour ne peut encore s'établir parfaitement en votre âme, parce que vous n'êtes pas assez morte à vous-même. Gémissez humblement de vos imperfections, et suppliez le divin Cœur de vous permettre néanmoins d'aspirer à la pureté de son saint amour. Puis, examinez quel est votre défaut dominant, et pendant ce mois, pendant votre heure de Garde surtout, appliquez-vous fortement à le combattre. Enfin, faites souvent des actes d'amour ; et si vous n'aimez pas assez, ayez au moins un grand désir d'aimer ! Jésus se contentera de cette bonne volonté et descendra jusqu'à votre néant pour l'enrichir et l'embraser de son saint amour. Vous direz le plus souvent possible, surtout pendant l'heure de Garde, cette aspiration qui fit devenir très grand saint un religieux qui la répéta sept ans de suite :
Je vous aime, ô Jésus ! je voudrais vous aimer !
Que ne puis-je, pour vous, d'amour me consumer !


2e OFFICE
L'Ame esclave de l'amour du Sacré-Cœur
L'Esclave n'est plus à lui, il appartient sans réserve au maître qui l'a acheté. Jésus vous ayant acquise au prix de tout son sang, ne vivez donc plus pour vous, mais pour Lui seul. Soyez son Esclave d'amour ! c'est-à-dire soyez affranchie de toute autre servitude, et même de la crainte ; ne vous faites pas tirer, mais laissez-vous attirer par Celui qui vous aime ! Rien n'est délicieux comme le joug de l'amour ! Perdez donc de grand cœur votre liberté pour subir un aussi glorieux esclavage... A la vérité, vous ne pourrez plus aimer bassement, agir faiblement, souffrir
lâchement ; votre Maître, l’ Amour ! vous poussera au sublime. Mais ayez confiance, ce même amour sera votre force.
Esclave attentive et aimante, épiez, pendant ce mois, pendant l’ heure de Garde surtout, le moindre désir du Maître pour le remplir ; le plus léger bruit de 1’inspiration intérieure pour y correspondre. Ne refusez rien à l'amour et refusez tout à la nature ; car il faut nécessairement être Esclave de l'un ou de l'autre ; et si vous n'êtes pas l'heureuse Esclave de Jésus, vous le serez misérablement de vous- même. Fuyez ce malheur !
Enchaînez-moi, Seigneur, de vos liens si doux !
Je ne veux plus aimer et plus servir que vous.

3e OFFICE
L'Ame amie du Sacré-Cœur
La fidélité de l'amour se prouve dans l’épreuve. Si donc le Cœur de Jésus vous ménage quelque gros sacrifice pendant ce mois, prouvez-lui, en acceptant ce calice avec générosité, que vous voulez être fidèle, aussi bien dans la tribulation que dans la prospérité. La fidélité de l'amour se prouve encore dans 1'exactitude aux petites choses, rien n'étant petit de ce qui se fait avec un grand amour ! Ne relevez donc pas de terre un brin de paille, ne retenez pas un mot, un geste, un regard, sans qu'un mouvement d'amour vous inspire, vous pousse en quelque sorte. Alors, Jésus vous voyant fidèle dans les petites choses, vous établira sur les grandes, c'est-à-dire, vous accordera ces grâces de choix qui font les Saints !
Cœur de l'ami fidèle, à Vous mon pauvre cœur,
Dont vous êtes la vie et le plus pur bonheur !

4E OFFICE
L'Ame conquise par le Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus vous a déjà conquise sur le démon par le saint Baptême, sur le monde par l'appel à une vie parfaite ; il veut encore vous conquérir sur le moi par la force et la suavité de son amour ! C'est pour cela que, sans cesse, il livre des combats à vos passions et inclinations, afin de les chasser de votre cœur, et d'en rester le seul Maître !... Examinez, pendant ce mois, quel est en vous l'ennemi qui résiste le plus aux divines attaques de Jésus, et donnez à ce doux vainqueur la permission d'anéantir cet obstacle. Le principal rival du pur amour étant le propre amour, consentez à ce que N.-S. anéantisse en toute occasion ce malheureux moi qui l'empêche de régner pleinement en vous. Acceptez, dans cette vue, les manques d'égards, les mépris, la froideur, l'oubli des créatures, et tout ce qui vous sera sujet de souffrance, vous encourageant par cette pensée que chaque occasion crucifiante, bien acceptée, avance le règne du divin Cœur sur votre chère âme !
Mon aimable Vainqueur, je bénis la défaite
Qui me rend pour jamais votre heureuse conquête.

5e OFFICE
L'Ame cachée avec le Sacré-Cœur
Jésus vous appelle à Nazareth, pour y vivre avec lui inconnue, cachée à tous les regards humains et glorifiant Dieu par votre anéantissement. Etudiez, pendant votre heure de Garde surtout, les sentiments du Verbe incarné, dans cette partie de sa vie mortelle. Quelle humilité ! quelle obéissance ! quel silence !... Tout son extérieur est modeste, recueilli ; les puissances de son âme sont abîmées dans la plus haute contemplation. Il aime ! il loue ! il magnifie son Père du Ciel, tandis qu'il se soumet, avec une docilité d'enfant, aux ordres de Marie et de Joseph sur la terre.
Dans le secret de votre cœur, dans le silence de votre retraite, tâchez de retracer ce divin Modèle ; animez vos moindres actes du désir d'aimer Dieu, de lui plaire, de le glorifier autant que l'a fait Jésus caché à Nazareth. Que votre conversation soit dans le Ciel ! N'aimez ni à voir, ni à être vue, et disparaissez tellement de l'esprit et du cœur des créatures, que l'on ne se souvienne presque plus de vous.
Je veux vivre cachée avec vous, doux Sauveur !
Car seul vous suffisez à faire mon bonheur.

6e OFFICE
L'Ame contemplative devant le Sacré-Cœur
Comme un tout petit enfant qui, assis aux pieds de son tendre Père, met son bonheur à le regarder, à lui faire d'innocentes caresses et à l'aimer, vous vous tiendrez, pendant ce mois, aux pieds adorables de Jésus ! Ne quittez ce poste d'amour que pour voler où le devoir vous appellera ; puis, venez bien vite vous replacer, vous reposer aux pieds de ce bon Père !... Il prendra des complaisances infinies à vous voir ainsi le contempler, l'adorer, l'aimer ! C'est la beauté incréée! pourrez-vous vous lasser d'admirer ses attraits ?... C'est l'amour infini, pourrez-vous ne pas l'aimer ? C'est la miséricorde incarnée, craindrez-vous de lui parler de vos misères?... Pendant vos oraisons, communions, heures de Garde, tenez-vous ainsi humblement aux pieds de Jésus, baisez-les, parfumez-les d'affection, brûlantes en priant pour les pauvres pécheurs que ces pieds divins se sont lassés à poursuivre sur la terre !
O Jésus ! laissez-moi contempler vos attraits,    
Et publier à tous votre amour,... vos bienfaits !...    

7e OFFICE
L'Ame, amie généreuse du Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus vous choisit pour sa Victime, afin que, pendant ce mois, vous lui prouviez la générosité de votre amour. Celui qui n'a pas été tenté, que sait-il ? Et qu'est-ce qu'un amour qui n'a pas été éprouvé ?... La mesure de votre patience à souffrir sera certainement celle de votre mérite et de votre progrès. Immolez-vous donc en silence, comme Jésus, qui s'est laissé mener à la mort sans ouvrir la bouche pour se plaindre. Taisez-vous sur les mille petits sujets d'immolation que vous rencontrerez sur la route du Calvaire ! Faites de tout acte de vertu. Enrichissez votre âme en secret et sous le seul regard du Maître ! Oh ! quelle consolation vous apporterez au divin Cœur en agissant ainsi ! Car, hélas ! Jésus trouve bien peu d'amis assez généreux qui veuillent le suivre jusqu'à la mort de tout eux-mêmes. Et cependant, cette mort donne seule la vie et le bonheur !
Vous le voulez, Seigneur ! ah ! je le veux aussi !
Coupez, brûlez, tranchez, j'y consens, me voici !


8e OFFICE
L’âme, Servante fidèle du Sacré-Cœur
Comme une Servante, attentive aux moindres volontés de son Maître, tenez le regard de votre âme constamment fixé sur le Sacré-Cœur pour deviner ses désirs, ses intentions, et vous y conformer avec promptitude, avec amour ! Cet aimable Maître vous demandera souvent, pendant ce mois, pendant l'heure de Garde, quelques services dans la personne de ceux qui vous entourent ; il vous témoignera son désir d'être aidé, consolé, soulagé dans le cher Prochain ; d'être dédommagé surtout, par votre service fidèle, de celui que lui refusent ses ingrates créatures ! Oh ! répondez humblement, amoureusement à ce désir du Maître : faites-vous sa Servante dévouée en étant celle de tous, et il vous tiendra compte du plus léger service rendu en vue de lui plaire et de consoler son très aimable Cœur !
O Maître ! me voici prête à vous obliger,
J'irai partout, Seigneur, vous n'avez qu'à parler.


9e OFFICE
L'Ame disciple bien-aimée du Sacré-Cœur
Entre ses douze Apôtres et ses nombreux Disciples, Jésus en avait distingué un qu'il aimait d'un amour de prédilection. De même, parmi les âmes qui lui sont chères, il vous a choisi pour sa Disciple bien-aimée !... C'est à vous qu'il veut révéler ses grands secrets, enseigner surtout sa divine leçon de douceur et d'humilité. Entrez dans une humble confusion à la vue d’une telle préférence, et Disciple docile, soyez bien attentive à ce que l’inspiration.de la grâce vous enseignera pendant ce mois, pendant l'heure de Garde surtout... Jésus vous dira sans doute et fort souvent : Faites-vous petite !... Petite devant Dieu, vous abîmant dans votre néant en sa présence ; petite devant le prochain, vous tenant en esprit sous les pieds de tous ; petite enfin à vos propres yeux, oubliant le peu de bien que vous avez pu faire pour ne songer qu'à vos nombreuses misères. Telle sera votre pratique.
Je veux rester petite, ô mon si tendre Maître !
Et pour mieux vous aimer et pour mieux vous connaître.

10e OFFICE
L'Ame fervente dans l'amour du Sacré-Cœur
Une âme fervente se porte toujours à ce qu'il y a de plus parfait, car la ferveur est l'épanouissement de l'amour ! Pendant ce mois, pendant vos heures de Garde, reprenez votre première ardeur, réveillez ce zèle qui vous animait au moment de votre donation à Dieu... Que votre exemple édifie, stimule, entraîne! Que ne peut une seule âme vraiment fervente ! Elle prêche, elle convertit, elle perfectionne les autres sans dire une parole; et, devant Dieu, elle a tout le mérite du bien que son bon exemple tend à produire. Par la ferveur de votre amour, efforcez-vous aussi de consoler le divin Cœur ; répétez-lui souvent que vous l'aimez, que vous désirez lui plaire ; et, en toutes choses, ayez le dessein de lui prouver ce désir. Enfin, faites, pendant ce mois, le plus grand nombre possible d'actes d'amour.
Sacré Cœur de Jésus, donnez-moi pour partage
De vous aimer toujours et toujours davantage !

11e OFFICE
L'Ame éprouvée par le Sacré-Cœur
Jésus vous appelle à le suivre dans la voie semée d'épines qu'il a parcourue sur la terre, où sa vie fut une Croix continuelle. Ayez confiance, le Maître vous soutiendra. Oh ! qu'il est consolant de penser que chaque épreuve est une marque d'amour de la part de Dieu ; qu'il l'a pesée avant de vous en imposer la charge, et que les grâces, la force, le secours, nous sont départis toujours dans la mesure du sacrifice. La nature pourra frémir, et vous direz peut-être comme Jésus au Jardin des Olives : « Père, que ce calice passe loin de moi ! » mais l'amour vous fera bien vite ajouter avec le Cœur soumis de N.-S... « Non ma volonté, mon Dieu ! mais la vôtre !...» Puis, quand l'affliction aura purifié votre âme, libre et heureuse, elle chantera le cantique de la délivrance !
Que ces pensées de foi vous soutiennent dans les occasions crucifiantes que le divin Cœur pourra vous ménager pendant ce mois.
Calice de Jésus ! je veux te savourer ;
Quand on aime, il est doux de souffrir, de pleurer !

12° OFFICE
L'Ame constante dans l'amour du Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus, en vous choisissant pour son amie constante, a dessein de vous fortifier contre les mille chutes et rechutes qui vous retardent dans la voie des parfaits. Pour cela, attachez-vous, dès le matin, à ce bon Maître, comme le petit enfant à sa mère ; la main toute puissante de N.-S. vous soutiendra, vous relèvera après un faux pas, pourvu que, confiante et pleine d'amour, vous le recherchiez par un regard intérieur, aussitôt une faute faite, lui en demandant pardon. Votre pratique, pendant ce mois, pendant votre heure de Garde, sera de ne point vous décourager à la vue de vos nombreuses misères, de prendre patience avec vous-même, de faire toujours, de marcher quand même, ne vous arrêtant jamais à un retour inutile ou dépité sur le moi. Enfin, ne quittez pas Jésus un seul instant : loin de lui vous ne pourriez que faillir.
Si je suis l'impuissance et la faiblesse même,
Je me confie en vous, bon Maître !... et je vous aime !


13e OFFICE
L'Ame imitatrice fidèle du Sacré-Cœur
Le divin Cœur vous invite à le copier pendant ce mois. Placez-vous donc devant Lui comme le peintre devant le modèle qu'il doit reproduire. Etudiez amoureusement quels sont les sentiments, les inclinations, les mouvements, les désirs de ce divin Cœur pour les retracer le mieux qu'il vous sera possible. Vous trouverez ce Cœur adorable tout détrempé en suave douceur, en profonde humilité ; vous le verrez s'oubliant soi-même en tout et se consumant à vous aimer !... Vous trouvant encore si égoïste, si impérieuse, si peu aimante, vous vous humilierez profondément, et vous vous efforcerez de faire disparaître ces misères, afin qu'il y ait moins de disproportion entre le Modèle et sa reproduction. Pour en arriver là, demandez-vous, avant chaque action, dans les rencontres humiliantes, dans les sujets de lutte : Avec quelles dispositions intérieures Jésus eût-il fait et souffert telle ou telle chose ... Puis, tâchez de mouler votre cœur sur le sien, si doux et si humble. Pour cela, ne perdez pas de vue le divin. Modèle !
Pour mieux vous retracer, adorable Modèle !
Sur vous je veux fixer un regard bien fidèle.


14e OFFICE
L'Ame, compagne fidèle du Sacré Cœur
Ce beau titre vous oblige à suivre Jésus partout où il daignera vous conduire pendant ce mois. Sans doute il vous mènera dans le pays de la pauvreté, de l'humilité et des souffrances, puisque ce furent les trois chères et fidèles compagnes de sa vie mortelle. Mais ne vous effrayez pas : on est riche, on est glorieux, on est heureux surtout, quand on est pauvre, humble, souffrant avec Jésus !... Son amour adoucit tout !... Acceptez donc les dépouillements, les privations, les anéantissements, les douleurs que le Cœur adorable vous enverra... Quelque amer que vous paraisse le calice, regardez Jésus qui en a bu la plus grande part et vous vous sentirez plus forte pour en épuiser le reste. Votre pratique, surtout pendant l'heure de Garde sera de vous tenir fidèlement à la suite de ce doux Maître, étudiant les dispositions de son Sacré Cœur pour vous y conformer dans les occasions de peine, de lutte et de souffrance... Ne faites pas alors comme les lâches Disciples, qui abandonnèrent Jésus lorsqu'il fallut monter au Calvaire.
Je vous suivrai partout, bon Jésus ! tendre Père,
Non pas au seul Thabor !... mais encore au Calvaire !

15e OFFICE
L'Ame désintéressée dans l'amour du Sacré-Cœur
Prenez, pendant ce mois, pour modèle, l'amour pur et désintéressé de N.-S. qui vous a aimée et s'est livré pour vous, ne se réservant rien de lui-même ! Voudriez- vous encore partager votre cœur ?... ne vous livrer qu'à demi au pur amour ! Dieu vous garde d'un tel malheur ! Non, non, dès aujourd'hui, plus d'intérêt propre, d'amour propre, de vie propre, plus de vous-même. Donnez tout, et vous trouverez tout. Etudiez, surtout pendant l'heure de Garde, en quoi vous vous recherchez le plus, pour vous immoler sans pitié. Evitez en particulier de parler de vous, de penser à vous, d'en occuper les autres ; et donnez au cher Prochain les soins, l'attention, la tendresse que vous vous serez refusés à vous-même... Enfin, et surtout, pensez souvent à Jésus ! parlez de Lui, aimez-le de tout votre cœur ; car le pur amour doit être votre vie.
Oh ! qui me donnera l'amour d'un Séraphin,
Pour vous aimer, Seigneur, ardemment et sans fin !

16e OFFICE
L'Ame victime du Sacré-Cœur
L'âme choisie comme Victime prendra les sentiments de Jésus, lorsque, entrant dans le monde, il dit à son Père : Ecce venio ! Me voici ! pour faire votre volonté !... Elle s'offrira comme Victime d'amour au divin Sacrificateur, pour être, par Lui, immolée pendant ce mois, quand et comme il lui plaira. Elle s'étudiera à rester paisible, soumise, abandonnée sur l'autel du sacrifice, où son corps, son esprit et son cœur devront être en continuel holocauste!... Elle se rappellera qu'une Victime doit d'abord se laisser arracher à elle-même, puis lier et enfin égorger, après quoi le feu n'a plus qu'à la consumer... Qu'elle laisse, de même, Jésus l'arracher à ses propres satisfactions, la lier par l'obéissance, l'immoler par l'anéantissement, afin qu'ensuite le feu du divin Amour, ayant consumé en elle la rouille du péché, fasse de tout son être un sacrifice d'agréable odeur, lequel glorifiera la T.-S.-Trinité, consolera le Cœur de Jésus et obtiendra miséricorde pour les pauvres pécheurs.
Cœur de Jésus ! pour votre amour,
Que je sois Victime à mon tour !

17e OFFICE
L'Ame toute dévouée au Sacré-Cœur
Le bon Jésus, qui ne trouve partout que des enfants ingrats et lâches; dans son amour, a jeté les yeux sur vous pour être consolé par votre dévouement. Ne lui refusez pas cette marque du véritable amour. Ce dévouement que Jésus attend de vous est une ardeur toute nouvelle dans son divin service, dans l'accomplissement de vos devoirs d'état. Comme une âme toute dévouée, que l'on vous voie voler au-devant du moindre désir de ceux qui vous entourent, aimant, servant, obligeant le divin Cœur en leur personne. Soyez également pleine de zèle à ramener au bercail, par vos prières, beaucoup de pécheurs ; demandez de bons et fervents ministres pour le service des autels et grand nombre d'âmes généreuses qui se dévouent à aimer sans mesure notre divin Sauveur. A ces diverses intentions, récitez un Pater, un Ave pendant votre heure de Garde.
Que ne puis-je, ô Jésus, à chaque instant du jour, :
Par un plein dévoûment vous prouver mon amour !

18e OFFICE
L'Ame confidente du Sacré-Cœur
L'heureux privilège que le vôtre ! Jésus veut vous confier les peines, les secrets, les plus intimes désirs de son adorable Cœur ! Fermez bien l'oreille à tout bruit étranger pour mieux entendre sa douce voix. Faites taire l'esprit, l'imagination, la langue, le Cœur surtout, et, retirée dans le fond de votre âme, rendez-vous attentive, pendant ce mois et l'heure de Garde, à ce que veut vous révéler le divin Confident !  Il vous racontera sa génération éternelle, les souffrances, les anéantissements de sa vie mortelle, l'ingratitude dont les hommes payent son immense amour !... Il vous dira, surtout, son extrême désir de s'unir à votre chère âme : les moyens qu'il emploie pour vous attirer à lui et vous détacher de tout le reste ! Oh ! que de choses encore Jésus vous confiera si, fermant bien la porte de vos sens, intérieurs et extérieurs, gardant un profond silence, vous vous tenez aux écoutes pour entendre et recevoir ses divines communications !
Je me tairai, Seigneur ! afin de mieux comprendre
Ce que votre doux Cœur au mien veut faire entendre.


19e OFFICE
L'Ame médiatrice avec le Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus veut bien vous associer à l'office de Médiateur qu'il remplit sans cesse au Ciel et sur la terre. Répondez le mieux qu'il vous sera possible à cette confiance que N.-S. vous témoigne. Comme sans cesse il est occupé du salut des hommes, offrant à son Père céleste ses plaies, son sang, ses souffrances en leur faveur, unie à ce doux Médiateur, implorez miséricorde pour les pécheurs, grâces et persévérance pour les justes. Offrez à cette intention, une petite prière et un léger sacrifice, chaque jour de ce mois. Que votre disposition intérieure, surtout pendant l'heure de Garde, soit de vous tenir, avec le divin Cœur, en continuelle supplication devant le trône de Dieu, pour impétrer les faveurs dont le monde entier a besoin, et surtout un accroissement de zèle et d'amour envers le Sacré-Cœur.
Père saint, regardez la face de Jésus,
Et des pauvres pécheurs faites autant d'élus !

20e OFFICE
L'Ame adoratrice du Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus, sanctuaire auguste de la Très Sainte Trinité, mériterait que tous les hommes fussent en continuelle adoration devant Lui. Mais, hélas ! à peine le bon Maître trouve-t-il quelques vrais adorateurs, en esprit et en vérité, tels qu'il les cherche. Vous, du moins, soyez une de ces âmes adoratrices et fidèles. Anéantissez-vous profondément devant le Cœur de Jésus, éclipsez tout votre être devant ce divin Soleil des âmes. Offrez-lui, pour suppléer à la faiblesse de vos adorations, celles de la Très Sainte Vierge, de Saint Joseph, des Anges et des Saints. Votre pratique sera de vous tenir avec un très grand respect devant le Saint-Sacrement, imitant la ferveur et l'anéantissement des Anges adorateurs. En saluant Jésus-Hostie, ayez le désir de l'adorer, de l'aimer pour tous ceux qui ne le connaissent point ou qui l'outragent dans ce Sacrement d'amour. Enfin, dites souvent, pendant votre heure de Garde :
Que partout soit aimé le très aimable Cœur
De Jésus mon amour, de Jésus mon sauveur !
 
21e OFFICE
L'Ame réparatrice des outrages faits au Sacré-Cœur
Le divin Cœur, abreuvé d'outrages, attend de vous, pendant ce mois, une réparation toute d'amour. Venez donc bien souvent en esprit auprès du bon Maître ; et, le voyant triste, affligé, demandez-lui la cause de son chagrin... Il vous répondra que c'est l'extrême ingratitude des hommes, et en particulier celle des âmes qui, lui étant consacrées, partagent leur cœur avec la créature !... A cette vue, offrez-vous tout entier à Jésus pour le dédommager, le consoler!... Assurez-le qu'il est et qu'il sera toujours votre tout , priez, expiez pour les coupables... mais surtout aimez car les plaies de l'amour ne se guérissent que par l'amour. Pendant votre heure de Garde, dites souvent à Jésus, et avec toute la tendresse possible :
A chaque instant du jour, je voudrais, doux Sauveur,
Par mon ardent amour consoler votre Cœur !

22e OFFICE
L'Ame zélatrice de la dévotion au Sacré-Cœur
Le zèle est à l'amour ce que la flamme est au feu. Seul, le cœur qui aime ardemment est dévoré de cette belle flamme du zèle. Si donc vous aimez le divin Cœur, vous brûlerez du désir de le faire connaître, de le faire aimer ; car l'amour ne pouvant, non plus que le feu, rester sans action, le zèle, qui en est la flamme, a toujours besoin d'aliment. Exercez ce zèle d'abord sur vous-même, en étant très fidèle à tout faire, à tout souffrir, pendant ce mois, pour la plus grande gloire du Sacré-Cœur et par le seul motif de son très pur amour. Puis, autour de vous, ranimez la dévotion à cet aimable Cœur, parlez-en quelquefois, excitez-vous avec les associés à bien faire l'heure de Garde... Enfin, ne passez jamais devant une image du Sacré-Cœur sans la saluer intérieurement, en demandant à N.-S. qu'il révèle lui-même aux âmes les amabilités infinies de son Cœur adorable, et l'immense amour qu'il porte à sa pauvre créature !
O Jésus ! donnez-moi d'un apôtre l'ardeur
Pour faire aimer partout votre adorable Cœur !


23e OFFICE
L'Ame admiratrice des amabilités de Sacré-Cœur
A la vue de l'amour incommensurable qui a porté le Cœur de Jésus à rester parmi nous jusqu'à la fin des siècles, vous entrerez dans des sentiments d'admiration et de reconnaissance digne d'un aussi grand bienfait ! Puis, vous ferez des anéantissements de Jésus-Eucharistie le sujet de votre occupation pendant vos oraisons, communions, heure de Garde... Vous admirerez comment le Verbe-Hostie est le modèle accompli de l'àme parfaite. En effet, Jésus, prisonnier d'amour, est silencieux, obéissant, pauvre, mortifié, sans vie propre; et cependant, il féconde, il vivifie les âmes par cet anéantissement complet. De même, et en pratiquant les vertus eucharistiques, en mourant à toute heure, vous serez la vie de plusieurs et vous répandrez la bonne odeur de Jésus-Christ.
O Jésus, mon amour, ô Verbe fait hostie !
Quand serai-je, avec vous, vraiment anéantie !

24e OFFICE
L’Ame favorite du Sacré-Cœur
Le Cœur de Jésus vous choisit pour sa Favorite ! c'est-à-dire qu'il veut vous avoir constamment auprès de Lui, s'entretenir cœur à cœur avec vous, répandre à pleines mains ses faveurs sur votre chère âme ! Ah ! répondez par beaucoup d'amour à un choix si digne d'envie ! Tenez-vous assidûment auprès de ce Roi des cœurs ! Faites-lui la cour avec les Anges qui l'adorent dans nos sacrés Tabernacles ; ne vivez que de son divin vouloir ! Pour cela, vous vous appliquerez, pendant ce mois et surtout pendant l'heure de Garde, à ne point perdre de vue la présence de Dieu. Vous vous exciterez aussi à une très grande confiance ; car le titre que vous a donné Jésus vous accorde tout pouvoir sur son adorable Cœur. Usez de ce crédit en priant pour votre Communauté, votre paroisse, votre famille et les pauvres pécheurs. Demandez surtout, pour un grand nombre d'âmes d'élite, le bienfait de la vocation religieuse.
Je veux, très doux Seigneur, rester humble et petite,
Afin d'être toujours votre âme favorite.


25° OFFICE
L'Ame solitaire avec le Sacré-Cœur
La solitude est la patrie des forts ! C'est aussi, sur la terre, le paradis des saints ! O solitude ! ô béatitude ! s'écriait saint Bernard ! Ame privilégiée, isolez-vous, cachez-vous avec Jésus, fuyez au désert ! C'est là que tombe la manne du Ciel !... Oui, fuyez !... fuyez les distractions vaines, les soins inquiets, les conversations inutiles... fuyez-vous vous-même ! Et, loin de tout ce petit monde intérieur et extérieur qui vous absorbe, entrez au désert, montez dans le sein de Dieu ; là, cachez-vous au creux de la pierre : le Cœur de Jésus ! Que d'admirables opérations le bon maître fera dans votre chère âme ! s'il la trouve ainsi seule à seul !
Pendant ce mois, pendant votre heure de Garde surtout, votre occupation intérieure sera de vous tenir si recueillie, si solitaire et silencieuse que, n'importe à quel moment daigne venir l'époux, il puisse vous parler au cœur !
Votre Cœur, ô Jésus, sera le sanctuaire
Où je vivrai paisible, aimante et solitaire !


26e OFFICE
L'Ame immolée par le Sacré-Cœur
Comme l'Agneau divin, immolé pour le salut du monde, tenez-vous sur l'autel de l'holocauste où le Cœur de Jésus vous place pendant ce mois, et sur lequel il veut vous consumer tout entière du feu de son très pur amour ! Ne bougez pas, ne faites non plus de résistance que l'agneau qu'on va mettre à mort... Laissez le fer, la flamme, le feu, détruire en vous ce qui y reste de trop naturel. Il faut, qu'entièrement purifiée, vous deveniez une victime d'agréable odeur devant la Très adorable Trinité ! Tendez donc puissamment à l'immolation ! Sacrifiez-vous vous-même, puis laissez- vous juger, contredire par le prochain et crucifier par Dieu, comme bon lui semblera. Le très doux Cœur de Jésus, immolé sur la Croix, sera votre modèle. Etudiez ses dispositions intérieures, et tâchez de vous y conformer. Surtout, répétez souvent, pendant vos heures de Garde, son adorable prière en faveur des pauvres pécheurs : Père, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu'ils font !...
Ah ! laissez-moi, Seigneur, m'immoler avec vous ;
L'épouse a droit partout de suivre son époux !


27e OFFICE
L'Ame captive avec le Sacré-Cœur
Oh ! l'heureux sort d'être captivée par l'Amour de Jésus ! Restez bien ainsi enchaînée au divin Cœur, et prenez-le pour modèle dans la sainte Eucharistie où Lui aussi est Captif d'amour ! Voyez-le silencieux, délaissé, prisonnier, obéissant, pauvre, immolé surtout ! Ah ! tenez-lui compagnie ; que pendant ce mois et l'heure de Garde, votre cœur ne s'éloigne pas un instant du Tabernacle !... Pour imiter le divin Captif, aimez le silence, la retraite, laissez-vous tourner et retourner à toute main, chérissez l'abandon, l'oubli des créatures, et ne faites aucun acte de volonté propre. Alors, vraiment, vous serez la captive bien-aimée du divin Cœur, constamment prête à s'immoler avec Lui et pour Lui ! Aussi vous aimera-t-il d'un amour de préférence qui le portera à ne vous rien refuser.
Faites, très doux Sauveur, que, captive d'amour,
Avec vous je m'immole et la nuit et le jour !

28e OFFICE
L'Ame privilégiée du Sacré-Cœur
A l'exemple du disciple bien-aimé, qui, pendant la dernière Cène, reposa sur la poitrine du Sauveur, et y puisa la science de l'amour, vous demanderez à N. S. la permission de faire, pendant ce mois, votre demeure spirituelle sur sa poitrine adorable. Là, pendant vos oraisons, communions, votre heure de Garde, vous écouterez attentivement les secrets du divin Cœur, vous étudierez ses dispositions d'amour pour les hommes, et, en particulier, ce précepte de dilection mutuelle : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ! Vous examinerez ensuite si vous aimez le cher prochain autant que vous-même ; si vous l’excusez, lui pardonnez volontiers ; si vous prenez sa défense ; en un mot, si vous vous livrez pour Lui, ainsi que l'a fait Jésus. Vous trouvant encore si egoïste, si pleine de 1’amour de vous-même, si loin de ressembler au doux et aimant Sauveur, vous vous humilierez profondement devant Lui, lui promettant de consoler son Cœur adorable par un support et des égards pleins de charité envers le prochain.
Comme un autre saint Jean, ah ! laissez-moi, Seigneur,
 Sommeiller doucement sur votre aimable Cœur !

29e OFFICE
L'Ame bien-aimée du Sacré-Cœur
O vous! à qui ce beau titre est échu, faites grand cas d'un tel bonheur ! Que Jésus soit votre Bien-Aimé choisi entre mille, puisqu'il daigne, Lui-même, vous nommer la Bien-Aimée de son Cœur ! Ne souffrez en vous aucune affection, quelque petite qu'elle soit, envers la créature ; ayez toujours l'œil de votre âme sur N.-S.; ne vivez, ne respirez que pour Lui seul ; n'aspirez qu'à son très pur amour ! Ce beau titre vous engage encore à vous abandonner sans réserve à Jésus, à ne conserver que le soin et le désir de Lui plaire, disant comme la colombe : Mon Bien-Aimé est toujours tourné vers moi par prévoyance, et moi vers lui par confiance. Votre pratique spéciale, pendant ce mois et l'heure de Garde sera d'animer vos moindres actes d'une si grande pureté d'amour, que N.-S. puisse dire de vous à chaque instant : Ma Bien-Aimée a ravi mon Cœur par l'un de ses cheveux .
Ah ! qui me donnera, mon Bien-Aimé Sauveur,
Une flèche d'amour pour blesser votre Cœur !

30e OFFICE
 L'Ame amante du Sacré-Cœur
A l'imitation de sainte Madeleine, qui avait fixé sa demeure aux pieds du bon Maître, faisant son étude de le contempler sans cesse, et mettant son bonheur a l'aimer sans mesure.., l'âme, l'Amante du Sacré-Cœur, priera Jésus de lui permettre, pendant ce mois, de faire, elle aussi, sa demeure à ses pieds adorables. Elle ramènera constamment son esprit et son cœur à ce poste d'amour, surtout pendant ses oraisons, communions, heures de Garde ! Son office sera de laver de ses larmes les pieds du Sauveur, de les baiser avec respect, de les enlacer de saintes affections de les parfumer d'actes brûlants d'amour, afin de consoler par la le divin Cœur de 1’oubli,  de l'ingratitude des hommes. Enfin, elle s'efforcera de tout faire, de tout souffrir en l'amour, par l'amour, pour l'amour, et méritera ainsi le beau titre qui lui est échu.
Avec votre humble Amante, ah ! laissez-moi, Seigneur !
Déposer à vos pieds tout l'amour de mon cœur !

31e OFFICE
 L'Ame épouse du Sacré-Cœur
L'âme, à qui ce beau titre tombera en partage, s'étudiera à vivre Cœur à cœur avec le divin Epoux, comme s'il n'y avait que Lui seul et elle seule sur la terre. Epouse aimante, elle consacrera à Jésus toutes les affections de son cœur par de nombreux actes d'amour. Epouse zélée, elle priera ardemment pour que le divin Cœur soit de plus en plus aimé de tous, et répétera souvent à cette intention, surtout pendant son heure de Garde, l'aspiration : Aimé soit partout le Sacré Cœur de Jésus ! (100 j. d'ind.) Epouse généreuse, elle tâchera d'immoler chaque jour une de ses plus fortes répugnances au Sauveur ; Epouse fidèle, elle tiendra constamment compagnie à Jésus, le suivra partout, au Calvaire comme au Thabor ; et, s'il le faut, répétera avec saint Thomas dans les occasions crucifiantes : Allons et mourons avec Lui!
Oh ! rendez-moi, Seigneur ! votre fidèle Epouse ;
De ce bonheur mon âme est saintement jalouse !


32e OFFICE
L'Ame unie au Sacré-Cœur
Le divin Cœur veut que, pendant ce mois, vous viviez avec Lui dans la plus grande intimité ! Comme l'ami n'a rien de caché pour son ami, n'ayez pour Jésus aucun secret, aucune réserve, aucune défiance. Dans vos embarras, vos difficultés, vos peines, recourez à ce doux Ami ; demandez-lui force, lumière, consolation ; il ne vous refusera rien ! Que votre application intérieure, surtout pendant l'heure de Garde, soit de vous unir à Jésus en toutes vos actions. Comme la branche unie au Cep, laissez l'esprit de Jésus circuler sans obstacle dans tout votre être, afin que vos moindres actes, inspirés, vivifiés par ce divin Esprit, soient autant de fruits dignes de la Vie éternelle. Si une faute vient à vous désunir du Cep divin, produisez vite un acte d'amour et d'abaissement intérieur qui, de nouveau, vous greffera sur Jésus-Christ.
Oh ! quand pourrai-je dire, aimable et divin Roi,
Ce n'est plus moi qui vis ! mais vous vivez en moi !


33e OFFICE
L'Ame, Hostie avec le  Sacré-Cœur
L'hostie n'est qu'un prête-nom, une vile apparence qui cache Jésus-Christ. De même N.-S. veut que, entièrement anéantie, vous ne soyez plus qu'un voile qui dérobe aux regards humains la vie divine qu'il veut mener, en votre âme. Il faut, en quelque sorte, que vous soyez transsubstantiée en Jésus-Christ ! Mais quelle mort ne suppose pas un état aussi sublime ! Pendant ce mois, pendant l'heure de Garde, appliquez-vous à anéantir le propre esprit, la propre volonté, les manières naturelles d'agir, pour laisser la vie, le mouvement, l'action au divin Cœur seul !... Il faudra ne plus être vous, mais que Jésus soit tout en vous. Ces paroles de saint Paul doivent résumer votre disposition intérieure : Jésus-Christ est ma vie, et mourir m'est un gain. Oui, mourez, mourez à tout, mourez continuellement pour laisser vivre Jésus-Christ en vous !
Donnez-moi, doux Sauveur ! d'être avec vous Hostie,
M'immoler avec vous ! c'est ma gloire et ma vie ! 

 

Billets-zélateurs, 2e série [bordée de noir] incomplète

 

 

2e OFFICE
L'Ame vivifiée par le Sacré-Cœur
Je suis la vie ! Pendant ce mois, exposez votre âme sous l'action bienfaisante du S.-C., comme s'expose une plante sous les rayons du soleil pour en recevoir  la chaleur, la lumière et la vie. Si vous êtes tiède, ce soleil divin vous réchauffera. ; si vous êtes aveugle, il vous illuminera; si vous êtes morte, il vous ressuscitera. Mais il faut venir à Lui... Lui exposer vos besoins dans la prière, lui ouvrir votre âme par la confiance. Le soleil ne saurait pénétrer dans une habitation, toujours close. C'est à l'Autel, à la Table-Sainte, à l'Oraison que resplendit, dans toute sa force d'amour, cet astre radieux ; venez, là surtout, réclamer ses bénignes influences.
Cœur divin de Jésus ! Soleil resplendissant,
Donnez vie et lumière à mon. cœur languissant.

3e OFFICE
L'Ame prise en pitié par le Sacré-Cœur
J'ai pitié !... Vous gémissez peut-être sous de lourdes chaînes ; vous souffrez peut-être d'inexprimables angoisses. Oh ! réjouissez-vous, le Cœur de Jésus a regardé votre misère, et il a dit : J'ai pitié de cette âme ! La pitié de Jésus ! comme elle est efficace ! comme elle est tendre ! ... comme elle console !... Jetez- vous dans le sein de cet adorable Ami, quel que soit le tourment qui vous déchire, il saura vous soulager.
A votre tour, pendant ce mois, pendant l'heure de Garde, ayez aussi pitié de Lui !... Les méchants le rendent si malheureux ! Ne lui faites pas l'ombre d'une peine volontaire.
Seigneur! Pitié pour moi, pitié pour ma misère...
Je m'abîme avec elle en votre Cœur de Père !


4e OFFICE
L'Ame frappant à la porte du Sacré-Cœur
Frappez et l'on vous ouvrira ! Vous avez sans doute frappé déjà à la porte de bien des cœurs, demandant à l'un du repos, à l'autre un asile, à tous le bonheur! Vous vous êtes trompée... Un seul Cœur pouvait vous donner tout cela ; et ce Cœur, c'est celui de Jésus ! Pendant ce mois et l'Heure de Garde, tenez-vous humblement à la porte du divin Cœur... Frappez et il vous ouvrira!... Mais une fois entrée dans cette prison d'amour, suppliez N. S. d'en refermer la porte sur vous, et de vous constituer à jamais son heureuse prisonnière. Le péché seul pourrait vous arracher de ce délicieux séjour ; fuyez-en jusqu'à l'ombre.
Cœur divin de Jésus, adorable séjour, Je frappe à votre porte... ouvrez à mon amour !

5e OFFICE
L'Ame vigilante attendant la visite du Sacré-Cœur
Je visiterai Jérusalem la lampe à la main... C'est-à-dire que, souvent, pendant ce mois, et lorsque vous y penserez le moins, Jésus daignera visiter votre chère âme. Afin d'être toujours prête à recevoir ce divin Visiteur, soyez exacte à tous vos devoirs d'état, vigilante sur vous-même, attentive aux moindres inspirations de la grâce. Demandez-vous de temps en temps où vous en êtes avec Dieu, quels motifs vous font agir, parler, souffrir; réprimez ce que la conscience désapprouve, donnez à la grâce tout ce qu'elle vous demande. Le bon Maître vous trouvant ainsi vigilante et fidèle vous bénira miséricordieusement en répétant de vous ce que l'Evangile dit de Lui : Elle a bien fait toutes choses.
Mon cœur est vigilant ; de bonheur il palpite
En attendant, Seigneur, votre aimable visite.


6e 0FFICE
L'Ame faible soutenue par le Sacré-Cœur
Il ne rompra point le roseau a demi brisé !... Ce roseau, c'est votre cœur, si faible, si inconstant, que le moindre vent de l'épreuve fait plier et presque rompre. Pendant ce mois, le cœur de Jésus veut être tout particulièrement votre force. confiez-vous à lui ; et, désespérant de vous-même, espérez tout de son secours divin.
Quand votre imagination, votre cœur seront agités par quelque tempête ; quand le démon, le monde, les passions voudront vous renverser, recourez à Jésus ! .. Appuyez-vous sur son Cœur ! ... et dites-lui avec toute la confiance possible :
Vous voyez ma faiblesse... Oh ! donnez-moi, Seigneur,
Pour appui, pour rempart, votre adorable Cœur !

7e OFFICE
L'Ame cheminant avec le Sacré-Cœur
Il les joignit sur le chemin !... De la terre au ciel, le pèlerinage est rude, difficile, souvent périlleux. Ne marchez pas seule, quand un ami s'offre à vous joindre, à fournir la route avec vous. Ce divin ami, c'est Jésus ! Il est tout puissant ! il est tout bon ! Donc il pourra et il daignera vous protéger en toute rencontre. Priez-le, chaque matin, de vouloir bien se faire le compagnon de votre pèlerinage, de ne pas vous quitter un seul instant. Mettez votre main dans la sienne et marchez sans crainte...; dans les mauvais pas, dans les rencontres difficiles, vous le trouverez toujours à votre droite ; regardez-le des yeux du cœur, demandez-lui force et conseil; il ne vous fera jamais défaut.
O Jésus ! doux ami de l'âme pèlerine, Permettez qu'avec vous sans cesse je chemine.

9e OFFICE
L'Ame confiante envers le Sacré-Cœur
A qui irons-nous, Seigneur?... Confier ses peines au monde, il ne les écoute pas ; à un ami, il se lasse de les entendre; les redire à son propre cœur, c'est retourner
le fer dans la blessure. A qui irez-vous donc? A Jésus !... Venez, il vous attend.
L'oreille de son Cœur sera toujours ouverte, toujours miséricordieusement disposée à vous entendre. Dites-lui vos perplexités, vos déceptions, vos souffrances; il a un baume pour toutes les douleurs ! Mais avant de le chercher, ne cherchez pas la créature, il en serait blessé. Confiez-vous à son Cœur, avant d'aller à tout autre. Lui seul a le secret des vraies consolations, les paroles de la vie éternelle.
O divin Confident, ce n'est qu'à votre Cœur
Que je veux confier mes peines, ma douleur!

10e OFFICE
L'Ame recueillie écoutant le Sacré-Cœur
J'écouterai ce qu'il me dira au cœur... Pendant ce mois, exercez-vous à un grand recueillement, car Jésus veut, d'une manière spéciale, s'entretenir cœur à cœur avec vous. Faites-vous comme une retraite au centre de vous-même ; tâchez de n'en pas sortir. Jésus aime le silence, l'isolement, pour instruire, pour éclairer, pour toucher une âme : rarement il parle au milieu du tumulte bruyant du monde, des agitations d'un cœur dissipé. Recueillez-vous donc, surtout pendant l'heure de Garde; laissez tomber ces mille préoccupations qui vous dévorent, et, dans le silence de l'âme, écoutez Jésus: il a quelque chose à vous dire au cœur.
Pour mieux vous écouter, je me tairai, Seigneur,
Et pour mieux vous trouver, j'habiterai mon cœur !


11e OFFICE
L'Ame pacifiée par le Sacré-Cœur
La paix soit avec vous !... C'est l'ennemi qui trouble : il n'y a pas de paix pour lui, il n'en voudrait point pour les âmes. Ce qui  vous agite, vous tourmente, vous désole, vient de lui. L'action de Jésus est dans la paix : ses paroles, ses reproches même laissent la paix. L'opération du divin Cœur sur le vôtre sera donc toujours une opération de paix. Défiez-vous de ce qui ne porterait pas ce caractère. Tenez-vous en paix auprès de N. S.; laissez tomber les doutes, les scrupules, les sollicitudes inquiètes. Son Cœur est assez puissant pour veiller sur toutes choses, assez bon pour mener à bien tout ce dont vous vous serez déchargée sur Lui.
Jésus ! à votre Cœur je veux tout délaisser,
Puis, en paix, sur ce Cœur, doucement reposer.


12e OFFICE
L'Ame enrichie par le Sacré-Cœur
Je suis pauvre et dans les travaux dès ma jeunesse! Non- seulement Jésus fut, toute sa vie, dénué des biens de la terre, mais il fut surtout pauvre des biens du cœur!... Pauvre d'amis, pauvre de joies, d'appuis, de consolations !... Oh ! comme il saura compatir à cette pauvreté si elle est aussi la vôtre ! Il sait combien le cœur a faim, a soif d'un peu d'amour! Venez donc demander à Jésus ce rassasiement complet, délicieux, que Lui seul peut donner. Le monde, les créatures ne sauraient vous jeter que des miettes insuffisantes et souvent empoisonnées! Mais Jésus! mais son amour! mais son Cœur! C'est le vrai pain vivant descendu du Ciel, l'aliment nécessaire à nos âmes, la seule nourriture qui puisse pleinement rassasier nos cœurs.
Donnez-moi votre amour, ô Maître que j'adore,
Seul il peut apaiser la faim qui me dévore!

13e OFFICE
L'Ame résignée avec le Sacré-Cœur
Mon Père, que votre volonté soit faite... et non la mienne!... Ces paroles sorties du Cœur adorable seront votre nourriture, votre force pendant ce mois. Dans ses desseins pleins d'amour sur votre chère âme, Jésus pourra vous présenter son calice... vous inviter à y poser les lèvres... mais jamais il n'exigera que vous l'épuisiez tout entier! il s'en est réservé le plus amer ! Ne refusez plus le douloureux breuvage... Quelle que soit l'affliction, la souffrance, l'épreuve dont il se compose, regardez Jésus... et vous unissant aux adorables dispositions de son Cœur, dites, en toute occasion pénible : Père! non ma volonté, mais la vôtre !!.
J'accepte ce calice, ô mon divin Sauveur,
Puissé-je, en l'épuisant, consoler votre Cœur.


14e OFFICE
L'Ame étanchant la soif du Sacré-Cœur
Sitio ! J'ai soif !... Ce cri, c'est le Cœur de Jésus qui l'a formé. Et de quoi peut avoir soif ce Cœur, source et plénitude de tous les biens, sinon d'amour ?... Sans doute, pendant ce mois, Jésus, comme à la Samaritaine, vous demandera souvent à boire ! Plus empressée que cette femme, penchez l'urne de votre Cœur en disant au Maître : Buvez, mon Seigneur ! Vous avez soif d'amour, j'en produirai des actes nombreux pendant mon heure de Garde. Vous voulez des preuves d'amour ; je veux accomplir toutes mes actions dans le but de vous plaire, d'étancher la soif  d'amour qui consume votre divin Cœur !... Oh ! comme Jésus vous aimera.! vous bénira ! vous remerciera de ce secours charitable !
Si votre Cœur a soif. 0h ! buvez, mon Seigneur
J'ose vous présenter tout l'amour de mon cœur.

16e OFFICE
L'Ame consolée par le Sacré-Cœur
Venez tous a moi ! Cet appel, c'est le Cœur de Jésus qui le fait entendre. Mais à qui? A tous... et particulièrement à vous, chère âme, qui êtes fatiguée, chargée, éprouvée !... Il veut vous refaire, vous consoler !... Si, pendant ce mois, le calice de la douleur vous est offert, ne perdez pas courage... Allez à Jésus!... Ne     l'entendez-vous pas vous appeler encore : Venez à moi!... Eh ! qui saurait mieux que lui panser vos blessures, endormir vos douleurs !... Ceux qui soufrent aiment à se rapprocher de ceux qui souffrent : le Cœur de Jésus, brisé par l'ingratitude des hommes, vous comprendra si bien !    
C'est pour vous consoler que j'accepte, Seigneur,    
La croix de chaque jour qui pèse sur mon cœur.    

17e OFFICE
L'Ame obéissante envers le Sacré-Cœur
II s'est rendu obéissant jusqu'à la mort ! Non seulement Jésus a obéi à Dieu son Père, à Marie, à Joseph, mais encore à ses bourreaux !... Et qui dira jamais avec quelle humilité, quel amour son divin Cœur se soumettait ainsi. C'est qu'il connaissait notre extrême répugnance à faire plier notre volonté sous celle des autres, et il voulait nous encourager, nous servir de modèle. Pour consoler ce tendre Père, de la révolte du grand nombre de ses enfants, obéissez volontiers à ceux que la providence a placés au-dessus de vous, fussent-ils vos ennemis et même vos bourreaux !
Cœur soumis de Jésus, par votre obéissance,
Corrigez en mon cœur l'esprit d'indépendance.

18e OFFICE
L'Ame fortifiée par le Sacré-Cœur
Quoi ! vous n'avez pu veiller une heure avec moi !... La vie est une heure de lutte, d'angoisse et de souffrance. Il faut veiller, prier, suer sang et eau, si l’on veut arriver heureusement au terme. Mais, comment soutenir cette agonie ?... En vous plaçant à côté de Jésus, au Jardin des Oliviers, en le regardant lutter, prier, souffrir pour votre amour, en vous unissant aux adorables dispositions de son Cœur. A ce contact divin, vous trouverez la force, l'énergie, la courage, vous ne sauriez les rencontrer ailleurs. Mais il faut veiller, prier avec le bon Maître, aux heures de la détresse, et ne pas dormir lâchement loin de Lui.
Je veux veiller, prier avec vous, doux Sauveur,
 Et vous me soutiendrez au fort de la douleur.

19e OFFICE
L'Ame silencieuse dans la souffrance avec le Sacré-Cœur
Et Jésus se taisait ! Au Prétoire, à la Colonne, sur la Croix, accablé d'accusations fausses, de railleries insultantes, d'injures sacrilèges, Jésus ne disait mot... Pour honorer cette divine patience, ce silence adorable de N. S., ne vous permettez aucune plainte, soit qu'on vous blâme, soit qu'on vous persécute, soit même qu'on vous calomnie. Quelle riche couronne vous vous tresserez pour le Ciel, et combien votre silence glorifiera le divin Cœur, le consolera des insultes, des blasphèmes que tant d'enfants ingrats vomissent contre Lui ! Si Jésus innocent se taisait, nous, pécheurs, oserons-nous nous plaindre ?
Avec vous, Cœur divin, faites que sans murmure,
Je supporte, en silence, un reproche, une injure.


20e OFFICE
L'Ame douce consolatrice du Sacré-Cœur
Ayez pitié de moi, vous, du moins, qui êtes mes amis!... Dans l'extrême désolation où le jettent la perte des âmes, les crimes des pécheurs, l'ingratitude de ses enfants, Jésus s'adresse à vous pour trouver quelque consolation... Ayez pitié de Lui!... C'est un Père, profondément malheureux, un Cœur douloureusement brisé! qui vous demande une parole de tendresse, une marque d'amour pour calmer sa souffrance ! Pendant ce mois, surtout pendant l'Heure de Garde, constituez-vous la douce consolatrice du Cœur désolé de Jésus!... L'amour vous dira comment on console l'amour !
Comment vous consoler? N'est-ce point, doux Jésus,
En pleurant avec vous ceux qui ne pleurent plus?


21e OFFICE
L'Ame apôtre avec le Sacré-Cœur
Le zèle de votre maison m'a dévoré!... Le Cœur de Jésus, passionné pour la gloire de son Père et  pour le salut des hommes, fut vraiment dévoré par le zèle. Si vous aimez ce bon Maître, vous serez bientôt transformée en apôtre; car le zèle est la plus belle, la plus haute expression de l'amour ! Travaillez donc, pendant ce mois, à étendre, par tous les moyens possibles, le règne de Jésus, à lui gagner des cœurs, à propager la dévotion envers son Cœur adorable ; et tout d'abord, donnez- lui le vôtre sans réserve. Enfin, si vous ne pouvez agir, priez ! cet apostolat n'est pas le moins fécond. Pendant chacune de vos heures de Garde, tâchez de convertir un pécheur en implorant pour lui la divine miséricorde.
De mon cœur, ô Jésus, faites un cœur d'apôtre;
Dévorez-le du feu qui consuma le vôtre.

22e OFFICE
L'Ame guérie par le Sacré-Cœur
Il les guérissait tous ! De quelque maladie que soit atteinte votre chère âme, ne vous désespérez pas ; venez au céleste médecin, à Jésus ! ¨Présentez- lui vos plaies intérieures et secrètes, les anxiétés de votre esprit, les déchirures de votre cœur, et même les infirmités de votre corps. Dites-lui avec beaucoup de simplicité et de confiance : Seigneur, celle que vous aimez est malade! Puis abandonnez-vous aux soins de N. S., comme un enfant se délaisse a ceux de sa tendre mère ! Le très doux Cœur de Jésus ne saura résister à cette filiale confiance . J'irai, dira-t-il, et je la guérirai !
De votre divin Cœur, médecin charitable,
Epanchez sur mes maux un baume secourable.

23e OFFICE
L'Ame éprouvée par le Sacré-Cœur
Que craignez-vous, âme de peu de foi ! Si Jésus vous éprouve, renverse vos espérances, vous tente en un mot, ne doutez jamais de sa Providence, de son amour... de son Cœur !... Il sait le moment où il doit commander aux vents de l'épreuve, aux orages de la tentation, et faire renaître le calme... Ne croyez pas tout perdu lorsque le danger est pressant. Jésus dort, mais il est dans .la barque avec vous !... Ayez la Foi ; et, après avoir dit : Seigneur, sauvez-moi ! je péris ! ne doutez jamais du secours divin ; ce serait douter de l'amour et de la toute- puissance du Cœur de Jésus !
Je crois, j'espère en vous, contre toute espérance,
Maître, vous ne sauriez tromper ma confiance !

24e OFFICE
L'Ame sœur et amie du Sacré-Cœur
Ma sœur, mon amie, vous avez ravi mon cœur ! Chère âme, à qui le bon Maître donne des titres si doux, fondez-vous de joie, de reconnaissance et d’amour en entendant ces paroles. Un Frère! un Ami ! quoi de meilleur ?... Et quand ce Frère, cet Ami, c'est Jésus !... quoi de plus désirable ? Que sauriez-vous ambitionner, possédant l'affection d'un tel Frère?... Que pourriez-vous craindre, appuyée sur le bras d'un tel Ami? Oh ! rien... sinon de ne point aimer assez , de ne point assez vous confier à son Cœur ! Donc, plus d’inquiétudes, mais beaucoup d'amour et de confiance. Vous ne sauriez pousser trop loin ces sentiments envers un si bon Frère !... un si tendre Ami !...
Puisque vous le voulez, j'ose, divin Sauveur,
Vous appeler le Frère et l'Ami de mon Cœur !

25e OFFICE
L'Ame compatissante envers le Sacré-Cœur
Ils ont percé mes mains et mes pieds !... Jésus se présente à vous, pendant ce mois, meurtri, déchiré par les crimes des pécheurs... demandant à votre amour un baume pour chacune de ses blessures. Le lui refuserez-vous ?... Pour guérir ses mains transpercées, consacrez-lui les moindres actions des vôtres. Pour soulager ses pieds déchirés, offrez-lui chacun de vos pas. Pour panser les meurtrissures de tout son corps, appliquez-vous à la mortification des sens. Mais pour la plaie de son tendre Cœur, Jésus ne veut qu'un seul remède... et il vous le demande avec les dernières instances : c'est l'amour du vôtre ! Aimez donc, aimez beaucoup l’Amour malheureux, puisque c'est le seul moyen de le guérir!
Bon Maître, pour guérir vos blessures d'amour,
Vous voulez donc mon cœur?... Le voilà, sans retour.


26e OFFICE
L'Ame abandonnée au Sacré-Cœur
Mon père, je remets mon âme entre vos mains !... C'est au fort de la douleur, après avoir été délaissé, repoussé par son Père, que Jésus laisse sortir de son adorable Cœur, cet acte de suprême abandon. Tout un enseignement est caché sous cette conduite du Maître. Si le ciel est d'airain; si la perplexité, la désolation vous accablent; si vous vous croyez rejetée de devant la face du Seigneur : loin de vous livrer à la défiance, au découragement, jetez-vous dans le cœur de Jésus; dites, à son exemple : Père je remets mon âme entre vos mains, je m'abandonne à votre amour, et je crois fermement que vous me sauverez.
A votre Cœur divin, Seigneur, je m'abandonne !
Jamais ce très doux Cœur ne repousse personne.

27e OFFICE
L'Ame isolée avec le Sacré-Cœur
Je la conduirai dans la solitude... et là, je lui parlerai au cœur! Jésus a peut-être fait autour de vous un immense vide, arraché de votre cœur bien des illusions, fait tomber bien des appuis... disparaître bien des joies, et vous vous sentez seule, tristement seule! Oh ! réjouissez-vous! Le Maître n'a agi de la sorte qu'afin de vous posséder plus sûrement, qu'afin de vous parler plus tendrement  au cœur... Hors de cette solitude, riche de ces biens éphémères, vous n'eussiez point entendu Jésus! Peut-être même n'eussiez-vous point voulu de l'ineffable trésor de son Cœur! Mais enfin, vous voilà seule... libre de recevoir et d'écouter ce doux Ami!... Penchez vers lui l'oreille de votre âme, vous l'entendrez vous dire : Mon enfant, je t'aime! donne-moi ton cœur?... Ne le lui refusez plus!...

Aux faux biens d'ici-bas je dis sans peine adieu
 Pour mieux vous posséder, Cœur sacré de mon Dieu!


29e OFFICE
L'Ame reconnaissante envers le Sacré-Cœur
Il m'a aimée... et s'est livré pour moi!... C'est un Dieu qui vous a aimée... aimée de toute éternité... aimée jusqu'à mourir d'amour pour vous!... Pesez bien ces paroles. N. S., en les plaçant sous vos yeux aujourd'hui, désire qu'elles passent  jusqu'à l'intime de votre cœur et qu'elles y excitent la plus vive reconnaissance. Vous le savez, l'amour ne se paie que par l'amour; ne soyez donc pas ingrate!... Mais offrez chaque matin à Jésus, comme autant d'actes d'amour et de reconnaissance, tous les battements de votre cœur. Puis, si les créatures vous repoussent, vous dédaignent, consolez-vous par cette pensée : Un Dieu m'a aimée... aimée de toute éternité!... Son cœur ne cesse point de battre pour moi... et je ne me contenterais pas d'un tel amour!
Vous qui m'avez aimée... et d'un immense amour.
O Jésus, recevez tout mon cœur en retour!
30e OFFICE
L'Ame façonnée par le Sacré-Cœur
Faisons l'homme à notre image. C'est le cœur humble et docile que Jésus aime à façonner, sur lequel il fait ses plus belles opérations... Soyez donc entre ses mains comme l'argile entre les mains du potier; laissez-vous tourner et retourner en tous sens pour le Fabricateur divin. Il ne vous brisera de mille manières par la contradiction, la douleur et l'épreuve, que pour faire de vous un vase d'élection capable de contenir et de répandre la bonne odeur de Jésus-Christ. Ne vous roidissez donc contre aucun des événements qui viendront contrarier votre volonté; restez souple, comme la cire molle, et capable, par là, de recevoir l'empreinte divine qui fera de vous un autre Jésus-Christ.
Façonnez-moi, Seigneur, selon votre vouloir;
S il me reste un désir, c'est Je n'en plus avoir.

31e OFFICE
L Ame réjouie par le Sacré-Cœur
Je suis le lys de la vallée !... Les fleurs sont une des joies de notre exil ; le Cœur de Jésus veut  être l'une des plus douces joies de nos âmes. Pendant ce mois, il s'offre à vous comme un beau lys. Contemplez-en la beauté, enivrez-vous de ses parfums ; placez-le sur votre cœur pour le réjouir délicieusement ou pour en calmer les douleurs, car le lys sert à panser les blessures. Mais cette fleur, symbole de la pureté, se dégage continuellement de la terre, d'où elle s'élève aussi haut que possible. Le Lys divin demandera donc que votre cœur soit pur, chaste, détaché des choses d'ici-bas... Aspirez à cette sublime élévation : devenez Lys à
votre tour, et Jésus vous placera sur son Cœur.
Beau Lys de la vallée, ô très aimable Cœur,
Je veux me réjouir à votre douce odeur.

33e OFFICE
L'Ame transformée par le Sacré-Cœur
Ceci est mon corps!... Sous une vile apparence, nous reconnaissons Jésus- Christ. Oh ! bien mieux encore que sous l'hostie, N. S. désire qu'on le retrouve vivant dans vos pensées, dans vos paroles, dans vos moindres actes. Pour cela quelle transformation doit s'opérer ? De moment en moment, demandez-vous comment Jésus-Eucharistie pense, parle, agit, souffre !... Et soyez à son exemple, humble, silencieuse, patiente, sacrifiée. Il faut devenir un ciboire vivant, ou plutôt un autre Jésus-Christ !... Respectez infiniment la dignité à laquelle son divin Cœur vous élève pendant ce mois ; et ne faites rien qui soit indigne d'une âme qui ne vit plus, mais dans laquelle vit Jésus-Christ !
Que mon âme, ô Jésus, ne soit qu'une apparence
Qui dérobe aux regards votre auguste présence !


 

Retour aux Petits mots