Imprimer

De Léonie à sœur Geneviève. 30 janvier 1895.

 

De Léonie à sœur Geneviève. 30 janvier 1895.

 

30 janvier 1895

Ma très aimée petite sœur,

Voilà ton beau jour qui approche à grands pas, oh! comme je te serai unie! Ma communion sera pour la bien-aimée fiancée de Jésus. Je compte sur tes prières mardi, Jésus pourrait-il te refuser quelque chose?

Je suis bien heureuse que ce soit M. Ducellier qui prêche ta prise d'habit. Tu ne sais pas le bon souvenir que je garde pour ce saint prêtre, vrai ami de la famille (L'abbé Ducellier (1849-1916) avait été vicaire à Saint-Pierre-de-Lisieux (1877-1884) et avait entendu la première confession de Thérèse vers 1880. Témoin aux Procès, il dira son admiration pour M. Martin). Puis, il aime tant notre Père chéri. Quand notre petite Marie vient à Caen, et elle y vient si peu souvent, je serais bien heureuse de la voir seule pour qu'elle me parle de toi, puis enfin je serais plus libre de lui dire bien des choses qu'elle te redirait.

Enfin, sœur si chère, je vais te quitter tout en te redisant combien je t'aime. Non, il n'est pas en mon pouvoir de décrire tout ce que j'ai dans le plus intime de mon cœur pour mes quatre trésors du Carmel et pour toi en particulier.

Retour à la liste des correspondants