Imprimer

De Jeanne Guérin à Céline - 20 novembre 1887.

De Jeanne Guérin à Céline. 20 novembre 1887.

 

Lisieux le 20 Novembre

Ma Chère petite Céline

Je traverse la France et l'Italie pour aller te trouver, dans quelques jours le chemin sera moins long, heureusement! car mon pauvre cœur se fatigue de la distance qui nous sépare. J'espère que ma lettre arrivera avant ton départ de Rome, la correspondance [1v°] devenant plus difficile lorsque tu auras quitté cette ville, ne sois pas surprise si nos lettres deviennent plus rares. Samedi nous avons lu un long compte-rendu de votre voyage dans la Semaine Religieuse (chronique du pèlerinage assurée par l'abbé Huet), mon Dieu, comme vous voyez de belles choses! Tâche de bien les graver dans ta mémoire, afin de nous faire participer un peu à ton bonheur, lorsque tu seras de retour à Lisieux. Hier nous avons fêté maman, et [2 r°] aujourd'hui en son honneur nous allons aller au cercle catholique où il y a une petite soirée, Marcelline et Maria (Marcelline Husé, domestique des Guérin et Maria X., bonne des Martin) doivent nous accompagner. Pour le moment nous sommes dans les brouillards, de vrais brouillards de Londres, au commencement de la semaine nous avons eu de la neige et un froid intense. Quand j'apprends que les pâquerettes fleurissent en ce moment en Italie, sous un Ciel d'azur, je me demande si ce pays [2 v°] n'est pas un Ciel anticipé auprès du notre véritable Sibérie, où nos pauvres doigts gèlent en tenant les pinceaux. Si nous nous ressentons du froid, notre cœur ne s'en ressent pas, les brouillards ni les neiges ne l'empêchent d'apercevoir au milieu d'une grande cité deux petites cousines chéries qu'une grande distance sépare de nous mais qui nous reviendront bientôt. Mes pensées se portent souvent vers vous, elles sont aussi bien souvent pour la pauvre Léonie, en ce moment on fait une neuvaine de messes pour elle.

[2 v° tv] Adieu, ma chère petite Céline, je t'embrasse de tout mon cœur ainsi que ma Thérésita.

Ta Jeanne

Je te prie de souhaiter le bonjour à mon oncle.

Retour à la liste des correspondants