Imprimer

De Mr. Guérin à sœur Marie de l'Eucharistie. 9 juillet 1897.

 

Ma chère petite Marie

Ma lettre n'était pas mise à la poste quand nous avons reçu la tienne. Nous avons été navrés et pourtant cette éventualité qui nous attriste est l'aurore d'un triomphe. Nous admirons la séré­nité de notre chère malade et nous sommes on ne peut plus touchés des soins maternels dont elle est entourée. Oh - si tu savais combien nous en sommes reconnaissants à la bonne mère (Mère Marie de Gonzague). J'ai donné la lettre de Marie du S.C. à Léonie et deux heures après la tienne. Francis et Jeanne vont à Navarre porter cette lettre et en même temps voir le Curé auquel ils vont faire ta commission.

Quant aux lettres à nous adresser, nous ne connaissons pas les heures des distributions à Navarre et à la Bonneville, Francis va se renseigner et l'ajouter dans cette enveloppe. - Quant aux dépêches ne pas hésiter à en envoyer une s'il arrivait malheur. Voici comment il faut mettre l'adresse : X. P., Guérin à Lamusse par la Bonneville

X. P. veut dire exprès payé, soit pour 3 kilomètres 1 F 50 envi­ron. Avoir soin de dire au bureau qu'il y a 3 km.  La Musse en un seul mot.

Embrasse bien tendrement notre petite reine de la part de nous tous en lui disant que nous l'aimons bien.

Ton père qui te chérit I. Guérin

Ta mère va très bien. Aujourd'hui elle a repris son train de vie ordinaire. Léonie après avoir bien pleuré est très raisonnable.

Retour à la liste des correspondants