Imprimer

LT 111 - A soeur Marie du Sacré-Coeur - 30-31 août 1890

30-31 août 1890

 
                Petite Marraine chérie, si vous saviez comme votre chant du Ciel a ravi l'âme de votre petite fille !...
                Je vous assure qu'elle n'entend guère les harmonies célestes. Son voyage de noces est bien aride, son fiancé lui fait, il est vrai, parcourir des pays fertiles et magnifiques mais la nuit lui empêche de rien admirer et surtout de jouir de toutes ces merveilles.
                Vous allez peut-être croire qu'elle s'en afflige mais non, au contraire, elle est heureuse de suivre son fiancé à cause de l'amour de Lui seul et non pas à cause de ses dons... Lui seul il est si beau, si ravissant ! même quand Il se tait... même quand il se cache !...
                Comprenez-vous votre petite fille ?...
                Elle est lasse des consolations de la terre, elle ne veut plus que son Bien-Aimé tout seul... N'oubliez pas de prier beaucoup pour la petite fille que vous avez élevée et qui est à vous.