Imprimer

LT 121 - A soeur Marie-Joseph de la Croix - 28 septembre 1890

J.M.J.T.
Jésus
Monastère du Carmel 28 Septembre 90

 
                Ma chère Soeur,
 
                J'ai été bien touchée de votre lettre, et je vous remercie des prières que vous avez faites pour moi. De mon côté je ne vous ai pas oubliée et j'ai recommandé au bon Dieu toutes vos intentions.
                Me voici enfin toute à Jésus ; malgré mon indignité Il a bien voulu me prendre pour sa petite épouse. Maintenant il faut que je lui donne des preuves de mon amour et je compte sur vous, ma chère Soeur, pour m'aider à remercier Notre Seigneur.
                Toutes les deux nous avons reçu de grandes grâces, et bientôt, je l'espère, le même lien nous unira pour toujours à Jésus.
                J'ai eu le bonheur de recevoir la bénédiction du Saint Père pour le jour de ma Profession. Le religieux qui me l'a procurée m'écrivait combien les ennemis de l'Eglise sont nombreux, à Rome la lutte ne cesse pas un instant à l'égard de notre Saint Père le Pape. C'est désolant...
                Comme il fait bon être religieuse pour prier et apaiser la justice du bon Dieu, oui la mission qui nous est confiée est bien belle et l'éternité ne sera pas assez longue pour remercier Notre Seigneur de la part qu'Il nous a donnée.
                Ma chère Soeur, je recommande à vos prières mon Père chéri, si éprouvé par la croix et si admirable dans sa résignation. J'ose aussi me recommander aux prières de votre sainte communauté.
                Veuillez croire, ma chère Soeur, à toute la religieuse affection de celle qui est si heureuse de se dire
 
Votre petite Soeur
Thérèse de l'Enfant Jésus
rel.carm.ind.