Imprimer

LT 122 - A Céline - 14 octobre 1890

J.M.J.T.
Jésus
Le 14 Octobre 90

 
                Ma Céline chérie,
 
                Je ne veux pas laisser partir la lettre de Marie sans y ajouter un petit mot pour toi. Notre Mère chérie me permet de venir faire mon oraison avec toi... Céline, n'est-ce pas ce que nous faisons toujours ensemble ?...
                Céline chérie, c'est toujours la même chose que j'ai à te dire. Ah ! prions pour les prêtres, chaque jour montre combien les amis de Jésus sont rares... Il me semble que c'est ce qui lui doit être le plus sensible que l'ingratitude, surtout de voir les âmes qui lui sont consacrées donner à d'autres le coeur qui lui appartient de façon si absolue... Céline, faisons de notre coeur un petit parterre de délices où Jésus vienne se reposer... ne plantons que des Lys dans notre jardin, oui des Lys et ne souffrons pas d'autres fleurs, car les autres peuvent être cultivées par d'autres, mais des Lys, il n'y a que les vierges qui peuvent en donner à Jésus...
                «La virginité est un silence profond de tous les soins de la terre», non pas seulement de tous les soins inutiles, mais de tous les soins... Pour être vierge il faut ne plus penser qu'à l'époux qui ne souffre rien autour de lui qui ne soit vierge «puisqu'il a voulu naître d'une mère vierge, avoir un précurseur vierge, un tuteur vierge, un favori vierge et enfin un tombeau vierge». Il veut aussi une petite épouse vierge, sa Céline !... Il est encore dit que «chacun aime naturellement sa terre natale, et comme la terre natale de Jésus est la vierge des vierges et que Jésus est né par la volonté d'un Lys, il aime à se trouver dans des coeurs vierges». Et ton voyage je semble l'oublier... non, mon coeur te suit là-bas, je comprends tout ce que tu éprouves... je comprends tout !... Tout passe, le voyage de Rome avec ses déchirements est passé... notre vie d'autrefois est passée... La mort passera aussi, et alors nous jouirons de la vie non pas pour des siècles, mais des millions d'années passeront pour nous comme un jour et d'autres millions d'années leur succéderont, pleins de repos et de félicité... Céline...
                Prie bien le Sacré Coeur, tu sais, moi je ne vois pas le Sacré Coeur comme tout le monde, je pense que le coeur de mon époux est à moi seul comme le mien est à lui seul et je lui parle alors dans la solitude de ce délicieux coeur à coeur en attendant de le contempler face à face !...
                N'oublie pas ta Thérèse là-bas, murmure seulement son nom et Jésus comprendra, tant de grâces sont attachées là-bas, surtout pour un coeur qui souffre... Je voudrais bien écrire à Léonie mais cela est impossible, je n'ai même pas le temps de me relire, dis-lui combien je pense à elle, etc., etc., je suis sûre que le S.C. va lui accorder bien des grâces, etc., etc., dis-lui tout, tu comprends...
 
Thérèse de l'Enfant Jésus de la Ste Face
nov.carm.ind.