Imprimer

LT 129 - A Céline - 8 juillet 1891

J.M.J.T.
Jésus
8 Juillet 1891

 
                Ma Céline chérie,
 
                Ton petit mot m'en a dit bien long à l'âme. Il a été pour moi comme un écho fidèle qui répète toutes mes pensées...
                Notre Mère chérie est encore bien souffrante, c'est bien triste de voir ainsi souffrir ceux que l'on aime. Cependant ne te fais pas trop de peine, quoique Jésus ait bien envie de jouir au Ciel de la présence de notre Mère chérie, Il ne pourra nous refuser de nous laisser encore sur la terre la présence de celle dont la main maternelle sait si bien nous conduire et nous consoler dans l'exil de la vie... Oh ! qu'il est exil, l'exil de la terre surtout à ces heures où tout semble nous abandonner... Mais c'est alors qu'il est précieux, c'est alors que luisent les jours du salut, oui Céline chérie, il n'y a que la souffrance qui puisse enfanter des âmes à Jésus... Est-ce étonnant que nous soyons si bien servies, nous dont l'unique désir est de sauver une âme qui semble à jamais perdue... Les détails m'ont bien intéressée, tout en me faisant battre le coeur bien fort... Mais moi je vais t'en donner encore d'autres qui ne sont pas plus consolants. Le malheureux prodigue est allé à Coutances où il a recommencé les conférences de Caen. Il paraît qu'il compte ainsi parcourir la France... Céline... Et avec tout cela on ajoute qu'il est facile de voir que le remords le ronge, il parcourt les églises avec un grand crucifix et il semble faire de grandes adorations... Sa femme le suit partout. Céline chérie, il est bien coupable, plus coupable peut-être que ne l'a jamais été un pécheur qui se soit converti, mais Jésus ne peut-il pas faire une fois ce qu'Il n'a encore jamais fait ? Et si Il ne le désirait pas, aurait-Il mis dans le coeur de ses pauvres petites épouses un désir qu'il ne saurait réaliser ?... Non, il est certain qu'il désire plus que nous de ramener au bercail cette pauvre brebis égarée ; un jour viendra où il lui ouvrira les yeux et alors qui sait si la France ne sera pas parcourue par lui dans un tout autre but que celui qu'il se propose. Ne nous lassons pas de prier, la confiance fait des miracles et Jésus a dit à la Bienheureuse Marguerite Marie : «Une âme juste a tant de pouvoir sur mon coeur qu'elle peut en obtenir le pardon de mille criminels.» Nul ne sait si il est juste ou pécheur mais, Céline, Jésus nous fait la grâce de sentir au fond de notre coeur que nous aimerions mieux mourir que de l'offenser, et puis ce ne sont pas nos mérites, mais ceux de notre époux qui sont les nôtres que nous offrons à notre Père qui est dans les Cieux, afin que notre frère, un fils de la Ste Vierge, revienne vaincu se jeter sous le manteau de la plus miséricordieuse des Mères...
                Céline chérie, je suis obligée de finir, devine le reste, il en reste des volumes à deviner !...
                Embrasse pour moi tout le monde et tout ce que tu voudras leur dire de ma part je le pense !...
 
Thérèse de l'Enfant Jésus de la Ste Face
rel.carm.ind.