Imprimer

LT 153 - A M. Guérin - Décembre (?) 1893

Décembre (?)  1893
J.M.J.T.

 
                Mon cher Oncle,
 
                Notre Mère va beaucoup mieux mais elle est bien faible quoi qu'elle dise le contraire.
                Merci, Merci, de tous les bons soins que vous lui donnez. J'espère qu'elle va être bien obéissante, ce serait bien mal de ne pas obéir à un Oncle si paternel !... Mère M. de Gonz. est bien touchée de vos attentions, elle vous remercie en donnant tous ses soins maternels à sa chère petite Prieure.
                Pardonnez-moi, Mon cher Oncle, je me dépêche tant que je ne sais pas ce que je vous dis, mais j'espère que vous allez deviner notre reconnaissance. Nous prions beaucoup pour Madame Fournet.
                Je vous embrasse pour vos trois petites carmélites ainsi que ma Tante.
 
Sr Thérèse de l'Enfant Jésus
rel.carm.