Imprimer

LT 159 - A Céline Maudelonde - 26 Mars 1894

J.M.J.T.
Au Carmel le 26 Mars 1894

 
                Ma chère petite Céline,
 
                J'aurais voulu pouvoir répondre plus tôt à votre lettre qui m'a causé bien de la joie, le carême m'en a empêchée, mais enfin voici le temps Pascal et je puis dire à ma chère petite Cousine la part que je prends à son bonheur.
                La grande paix que vous éprouvez est pour moi un signe bien manifeste de la volonté du Bon Dieu, car c'est Lui seul qui peut la répandre dans votre âme et le bonheur que vous goûtez sous Son regard Divin ne peut venir que de Lui. Chère petite Céline, je ne puis vous témoigner mon affection comme je le ferais si j'étais encore dans le monde, cependant elle n'en est pas moins vive pour cela, au contraire je sens que dans la solitude je vous serai plus utile que si j'avais la consolation d'être auprès de vous. Les grilles du Carmel ne sont pas faites pour séparer des coeurs qui ne s'aiment qu'en Jésus, elles servent plutôt à rendre plus forts les liens qui les unissent.
                Pendant que vous suivrez le sentier que le Bon Dieu vous a tracé, moi je prierai pour ma Céline, la compagne de mon enfance, je demanderai pour elle que toutes ses joies soient si pures qu'elle puisse toujours les goûter sous l'oeil de Dieu. Je demanderai surtout qu'elle goûte la joie incomparable de ramener une âme à Notre Seigneur et que cette âme soit celle qui doit bientôt ne plus faire qu'un avec la sienne.
                Je ne doute pas que cette grâce ne vous soit bientôt accordée, et je serais heureuse que mes faibles prières y aient un peu contribué.
                J'espère que ma chère petite Hélène est maintenant guérie, le moment serait bien mal choisi pour être malade !... Je vous prie de l'embrasser bien fort pour moi et c'est elle que je charge de donner à ma Céline chérie tous mes plus tendres baisers, je suis bien sûre que je ne puis pas mieux choisir pour remplir cette douce mission...
                Mère Marie de Gonzague ne fait qu'un avec vos trois cousines du Carmel pour se réjouir de votre bonheur, elles vous prient, ma chère Céline, d'offrir leurs respectueux souvenirs à Monsieur et Madame Maudelonde.
                Je vous quitte, ma Céline chérie, en vous restant toujours bien unie de coeur.
                Votre petite cousine qui vous aimera toute sa vie et ne cessera pas de prier pour votre bonheur.
 
Sr Thérèse de l'Enfant Jésus
rel.carm.ind.
 
                (P.S.) La Mère Prieure du Carmel de Saïgon nous ayant envoyé un grand nombre d'objets chinois, entre autres un charmant petit meuble de salon, Notre Mère a pensé à les mettre en loterie au profit de notre communauté, les billets sont à O F 5O, nous en offrons à toutes les personnes amies de notre Carmel, si vous en désirez quelques-uns nous serons heureuses de vous en envoyer.