Imprimer

LT 193 bis image pour le P. Roulland - 20 Août 1896

English version here

O sang Divin de Jésus !

arrosez notre Mission, Faites germer les Élus.

20 août 1896

Th. de l'Enf. Jésus rel. carm.

Redécouverte d'une image de Thérèse

après 80 ans dans un placard...

En août 1896, Thérèse peint une image pour le P. Roulland, un missionnaire de Missions Étrangères de Paris que Marie de Gonzague lui a confié, en secret. Thérèse le rencontre en juillet, juste après son ordination, avant qu'il ne s'embarque pour la Chine... L'image est datée du 20 août 1896, et elle a vraisemblablement accompagné la lettre 193 à Roulland.

Thérèse s'est bien cachée pour la faire, à l'insu des autres soeurs qui travaillaient à l'emploi de peinture, dont Mère Agnès. Cette dernière témoignera au Procès Apostolique:

Lorsque le révérend père Roulland, des Missions Etrangères, lui fut donné pour frère spirituel par Mère Marie de Gonza­gue, elle reçut la défense expresse de me le dire. Elle fut chargée de peindre une image sur parchemin, toujours à mon insu, pour ce frère spirituel; mais elle avait besoin pour cela de mes pinceaux, de mes couleurs, de mon brunissoir. Elle poussa la délicatesse de son obéis­sance jusqu'à se cacher à la bibliothèque pour peindre cette image; et, pour gar­der le secret commandé, elle s'astreignait à venir en mon absence chercher et rapporter les instruments dont elle avait besoin. [PA folio 480]

Le Père Roulland rentre en France en juin 1909 pour diriger le Séminaire des Missions Étrangères, conservant toujours l'image avec lui. Elle sera rendue au Carmel de Lisieux après le 12 juin 1934, date de son entrée dans la Vie. Mais en signe de gratitude pour le travail des missionnaires, les Carmélites ont décidé de l'offrir aux Mission Étrangères de Paris, après l'avoir fait encadrer - voir la photo ci-contre à droite.

 

image-LT-193bis cadre

Pour l'illustration   

Thérèse a copié un Thabor peint par Mère Agnès qu'elle connaissait bien car elle avait l'occasion de le manipuler comme sacristine cet objet qui sert de base à l'ostensoir pour l'exposition du St Sacrement.

  Thabor-agnes de jesus

 


Sous le sang divin coulant sur la terre, elle a inscrit "Su-Tchuen oriental", comme on peut le discerner dans ce zoom de l'image originaleThérèse avait épinglé une carte du Su-Tchuen dans son emploi à la lingerie.

Su tchuen

Une image promise à une histoire peu banale

Un collègue de Roulland aux Missions Étrangères de Paris, Mgr Louis-Gabriel-Xavier Jantzen, ordonné en septembre 1909, l'avait vue, cette image. Il se trouve qu'il est nommé vicaire apostolique de Chungking en 1926, dans la même mission du Su-Tchuen où se trouvait le P. Roulland.


carte-Jantzen lt


Lorsque Mgr Jantzen apprend que la fameuse image est offerte aux M.E.P. de Paris, il se dit que ce précieux manuscrit devrait revenir en Chine... Il ose faire aux Carmélites la demande de l'image pour la Chine, en 1934. Les soeurs acceptent de lui remettre la précieuse image.

Mais auparavant, hors du monde de la photographie couleurs, elles font un fac-similé de l'image sur parchemin (comme l'était l'image originale) qu'on peut admirer ci-contre à droite. Est-ce l'oeuvre de Céline, ou plus probablement de Mère Agnès, excellente enlumineure.

image-LT-193bis facsimile

 Cliquer ici pour télécharger le fac-similé.

Elle sera remise à un autre collègue MEP, en poste comme lui à Chungking, le Père J. Perriot-Comte, qui vient la chercher au carmel et la rapporte en Chine. Mgr Jantzen se confond en remerciement dans une lettre du 9 mars 1935. Suivant la demande des carmélites, il fait faire un reliquaire qu'il fera sceller dans l'entrée de son église à Kiang Pee, en face de la ville de Chung-king au Su-Tchuen. Voir ici une photo de l'église. La cérémonie d’intronisation aura lieu le 10 juin 1935, lundi de Pentecôte, présidée par Mgr Jantzen. Le reliquaire (ci-dessous) a été fait par les carmélites de Chung-King. L'image de Thérèse, fixée aux quatre coins par un fil de soie rouge, repose sur un fonds satin vieux bleu. A droite et à gauche, deux bandes de parchemin brodée de fil d'or racontent en chinois l'histoire de l'image. Au dessus de l'image, on remarque l'écusson du Carmel, encadré d'une arabesque et serti de fil d'or. Au bas des roses brodées entourent le cachet épiscopal. La broderie a été faite par une carmélite d'origine chinoise Sr Marie-Xavier. Le cadre sculpté en bois précieux (45 cm.) a été dessiné par sa consoeur Sr Élisabeth, originaire du Carmel de Nancy, grâce à laquelle nous avons retrouvé cette image. C'est en effet la préparation de l'édition allemande de son auto-biographie qui a déclenché sa recherche dans nos trésors.

Mais l'église sera prise dans la tourmente chinoise et sans doute détruite....

image LT193bis sous-reliquaire

Commentaire

Thérèse s'est inspirée d'une invocation de Marie de Saint-Pierre qui se lit comme suit:

"O lait précieux de Marie ! O sang divin de Jésus!

arrosez notre terre; faites germer des élus."

Thérèse a fait sauter la première partie de l'invocation, a changé la "terre" pour la "mission", et elle a également modifié le "des" élus pour un "les" élus plus large.

La citation se trouve p. 341 du livre de l'Abbé Janvier: Vie de la Soeur Saint-Pierre, Carmélite de Tours écrite par elle-même, mise en ordre et complétée à l'aide de ses lettres et des Annales de son Monastère par / M. l'abbé Janvier. Tours : Oratoire de la Sainte-Face, Tours : Monastère du Carmel, Paris : Libr. Larcher, 1881. XIX + 461 p.

 * * *

Remarquons, nous écrit Claude Langlois dans un commentaire inédit, l’importance de ce document pour l’histoire de la piété thérésienne. On voit bien la place prise par cette image considérée comme une relique. A rapprocher de la manière dont les carmélites, dès avant le procès, présentaient aux hôtes de marque à Lisieux, parmi les reliques de Thérèse, une version de l’Acte d’offrande, également soigneusement encadrée. Mais cette image apporte surtout une lumière plus grande sur Thérèse. Sa fabrication en secret, selon Mère Agnès, confirme la demande de Marie de Gonzague que les sœurs ignorent cet échange de correspondance, Roulland étant alors, pour la communauté, le missionnaire de la Prieure. 

La fabrication de cette véritable « image de synthèse » montre l’état d’esprit de Thérèse au moment où Roulland va s’embarquer à Marseille pour la Chine. Le sang qui coule du cœur couronné d’épines évoque la vision fondant la vocation apostolique de Thérèse après sa « conversion » de Noël. Les paroles enluminées sont tout aussi significatives. Remarquons au passage la désinvolture de Thérèse, empruntant une invocation qui provient d’une dévotion à la lactation de Jésus, répandue encore en milieu carmélitain, dévotion qu’elle écarte pour aller à l’essentiel. La formule utilisée par Thérèse, riche d’harmoniques (par exemple l’allusion à Tertullien, le sang des martyrs est une semence de chrétiens), se comprend avant tout par la manière dont Thérèse comprend l’Union apostolique qui l’unit au futur missionnaire. Pour elle, cette union s’inscrit d’abord dans sa participation au sacerdoce de Roulland, comme elle l’exprime par la date qu’elle assigne à l’origine de cette union, le jour de l’ordination de Roulland, le 28 juin (voir ici le relevé des dates principales de sa vie). Dans la lettre du 30 juillet qui accompagne peut-être cette image, Thérèse fait un pas de plus en appelant Roulland « mon frère », marque de cette fraternité apostolique qui maintenant les unit de toute éternité (LT 193). Et c’est dans ce contexte qu’elle ose écrire « notre mission », tout en rappelant, dans cette même lettre, la partition des rôles entre la carmélite, vouée à la prière et à la souffrance, et le missionnaire qui œuvre sur le terrain.

L'énigme de la datationdate

Pourquoi le 20 août 1896.... Les datations de Thérèse relèvent souvent du symbolique, comme nous le rappelle C. Langlois, plus précisément du sens qu'elle donne aux évènements, ce ne sont pas des dates au sens habituel, comme la datation d'une lettre. Il en va ainsi pour le manuscrit B, quelques jours plus tard. Thérèse a pu noter le 2 août 1896 par anticipation du jour d'embarquement de Roulland pour "notre mission", comme elle avait daté le début de son union apostolique du jour de l'ordination de son frère, le 28 juin. Manière de s'approprier les évènements importants de ce frère. On peut aussi penser que la date a été modifiée, sans doute avec ajout d'un 0, mais pourquoi, par qui ? Peut-être le P. Roulland a-t-il touché le sol de la Chine le 20 août, mais lorsqu'il décrit son arrivée en Chine à Marie de Gonzague le 24 septembre 1896 ou à Thérèse le 25-26, il ne mentionne pas de date d'entrée au pays.

Le mystère reste entier. 

Lire ici la passionnante histoire de la découverte de l'image