Imprimer

LT 93 - A Marie Guérin - 14 juillet 1889

J.M.J.T.

Jésus     Dimanche 14 juillet 89.

Ma petite soeur chérie,

 

Puisque tu as l'humilité de demander des conseils à ta petite Thérèse, elle ne peut te les refuser, mais pauvre petite novice sans expérience elle craindrait de se tromper, et toi-même tu pourrais avoir des doutes sur ce qu'elle te dit. Mais aujourd'hui, ne crains pas, c'est la réponse même de Jésus que je t'apporte... Oh ! que je suis heureuse de te la transmettre...!

Ce matin j'ai demandé à notre bonne Mère ce que je devais te répondre à propos de ce que tu as dit à Céline. En faisant ce que m'a dit pour toi cette Mère chérie, tu n'as pas à craindre de te tromper car Dieu a mis dans son coeur une profonde connaissance des âmes et de toutes leurs misères, elle sait tout ; rien ne lui est caché, ta petite âme lui est parfaitement connue ; voici ce qu'elle m'a dit de te dire de la part de Jésus : «Tu as très bien fait de tout dire à Céline, cependant il vaut mieux ne pas s'entretenir de ces choses-là, il vaut mieux n'y faire aucune attention, car notre Mère est sûre que tu ne fais pas de mal.» Voyons, es-tu rassurée ?... Il me semble qu'à ta place, si on m'en avait dit autant j'aurais été bien guérie et je me serais laissée conduire en aveugle, car c'est le seul moyen pour avoir la paix et surtout pour faire plaisir à Jésus.

Quand même tu serais sûre de faire du mal il n'y a aucun danger puisque notre Mère qui a (je pense) plus d'expérience que toi te dit que tu n'en fais pas...

Oh ! Marie, que tu es heureuse d'avoir un coeur qui sait ainsi Aimer... Remercie Jésus de t'avoir fait un don aussi précieux, et donne-lui ton coeur tout entier. Les créatures sont trop petites pour remplir le vide immense que Jésus a creusé en toi, ne leur donne pas de place dans ton âme...

Le bon Dieu ne te prendra pas dans ses filets car tu y es bien emprisonnée...

Oui, c'est bien vrai que notre affection n'est pas de la terre, elle est trop forte pour cela, la mort même ne serait pas capable de la briser...

Ne te fais pas de peine de ne sentir aucune consolation dans tes communions, c'est une épreuve qu'il faut supporter avec amour, ne perds aucune des épines que tu rencontres tous les jours ; avec une d'elles tu peux sauver une âme !...

Ah ! si tu savais combien le bon Dieu est offensé ! Ton âme est si bien faite pour le consoler... aime-le à la folie pour tous ceux qui ne l'aiment pas !... Petite Soeur, après sa course folle il faut que ma plume s'arrête, j'ai 5 lettres à écrire aujourd'hui, mais j'ai commencé par ma petite Marie... je l'aime tant, et si peu naturellement !... Embrasse pour moi mon Oncle, ma Tante et ma chère Jeanne, et dis-leur que je les aime. Toi, petite privilégiée de Jésus, prie pour que ton indigne petite soeur puisse Aimer autant que toi si cela est possible !...

 

Sr Thérèse de l'Enfant Jésus de la Ste Face
nov.carm.ind.