Imprimer

De sœur Marie‑Dosithée Guérin à Mme Martin - 29 mai 1869.

De sœur Marie‑Dosithée Guérin à Mme Martin. 29 mai 1869.

V.   + J.

                                                                                                 De notre Mère du Mans

 

Ma chère sœur,

Si tu ne tiens pas absolument à venir lundi, j'aimerais mieux que tu retarderais (sic) ton voyage de huit jours; j'ai été reprise d'un rhume cette semaine, je crois que je serais un peu fatiguée de rester longtemps au parloir mais ne t'inquiète pas ce n'est rien; le médecin dit je n'en aurais  que pour deux ou trois jours, je suis déjà beaucoup mieux et je ne l'aurais pas écrit sans une autre circonstance qui me faisait penser que tu aurais regretté d'être venue sitôt; c'est que probablement Marie fera sa première communion à la Visitation. J'ai été parler mardi dernier à Mr Boulangé notre aumônier, je lui ai lu ce que tu m'avais écrit de tes craintes, que l'importance [1v°] d'une si grande action, en lui disant cependant que vous le laisseriez libre d'agir comme il voudrait. Il m'a dit les raisons qu'il avait pour faire faire la communion des enfants de 9 ans. Il paraît que le St Père (Pie IX.) a écrit aux évêques de France pour leur dire qu'on devrait faire communier les enfants quand ils ont atteint l'âge de raison, que N. S. prenait possession de ces cœurs innocents avant que les passions soient développées, et que ce n'est pas tant de comprendre que d'aimer que N. S. désire. Il n'y a rien de décidé pour Marie. M. Boulangé ne donnera une réponse définitive que 10 ou 12 jours avant (Marie fera sa première communion le 2 juillet), afin de voir l'attention et la piété qu'elle mettra à se préparer.

Pour moi je crois que le bon Dieu entrera avec plaisir dans son petit cœur, cette pauvre enfant fait tout ce qu'elle peut, elle entre dans tout ce que je lui dis, fait des pratiques de mortification au réfectoire, car elle était très difficile; enfin je la verrai d'ici-là à peu près tous les jours et la suivrai de près; écris-lui aussi le plus souvent que tu pourras afin qu'aucun secours ne lui manque (engage-la à s'appliquer elle laisse beaucoup à désirer là-dessus)

Je ne suis pas très contente de Pauline, elle est paresseuse et dissipée, envoie-lui quand tu auras l'occasion d'écrire, une petite lettre. Dis-lui que tu [2r°]….)

J’oubliais de te demander l'extrait de baptême de Marie. Adieu chère sœur, J'ai encore bien des choses à te dire mais ce sera pour ton prochain voyage : attends-toi aussi à être grondée, J'ai appris plusieurs choses de toi qui le méritent.

Embrasse bien pour moi mon Beau-Frère et les enfants.

Ta sœur affectionnée

Sr M. Dosithée Guérin

De la Von Ste Marie

          D S. B. 

Retour à la liste des correspondants