Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - Jeudi 19 Février 1914

Sœur Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse                                          

Jésus +                                                             Jeudi 19 Février 1914

Chère petite sœur,

je n'essaierai pas de te consoler au sujet des pipes, puisque Notre Mère t'a écrit. Mais je veux te consoler au sujet de ce que tu nous dis dans ta lettre du 29 Janvier à propos de ce que Mr. Dubosq t'a dit de la santé de notre chère petite Mère. Je ne sais où il a pris qu'elle avait souvent de fortes migraines car ses migraines au contraire sont beaucoup plus rares qu'autrefois et elle va bien je t'assure. N'aie donc pas le coeur gros, parce que tu te ferais des peines en vain.

Pour la gravure de Thérèse jetant des fleurs, c'est en effet une composition de Sr Geneviève en ce sens qu'elle a donné à l'artiste le plan du tableau, c'est-à-dire lui a communiqué ses idées, lui a dit ce qu'il fallait faire, puis a demandé à voir l'ébauche pour la lui faire retoucher à son gré. Et enfin, quand le dessin a été complètement fini elle a dû refaire presque en entier le visage qui laissait beaucoup à désirer.

Mgr est en effet revenu de Rome où l'on est très favorable à la Cause. Mais tu sais, le bon Dieu seul connait l'avenir. Nous espérons beaucoup cependant qu'elle sera introduite cette année. En attendant notre petite Thérèse continue toujours à faire pleuvoir ses roses sur notre pauvre terre. La semaine dernière il y avait en Ecosse (le pays de M. Grant le ministre protestant converti) la conversion d'une athée accompagnée de faits surnaturels vraiment extraordinaires. Je n'ai pas le temps de te donner des détails, tu les liras dans la Pluie de roses qu'on prépare en ce moment.

A l'instant même Notre Mère vient de me lire ce passage d'une lettre reçue cet après-midi.

C'est la directrice d'une maison d'éducation qui écrit:

- "Je vais vous raconter un fait qui s'est passé ici même, dans la maison, il y a un mois environ.

Une fillette que j'emploie à la cuisine avait un très vilain mal au doigt qui nécessitait une incision. La peau était très dure et en vain on attendait qu'il perçât de lui-même, c'était certain, l'incision s'imposait... Un soir, je dis à l'enfant: écoute, je ne veux pas pour ton doigt faire appeler le docteur car il parlerait de suite d'un coup de bistouri ; je vais te montrer le chirurgien que je t'ai choisi, (petite image de Sr Thérèse) je vais l'appliquer sur ton doigt et c'est elle que je charge de l'opération. Puisque ton mal te prive de sommeil tu lui diras souvent cette nuit de faire percer ton mal. Surprise ! Le lendemain matin, quand on débande le doigt une jolie incision bien droite de plus d'un centimètre était habilement faite... et la guérison a été prompte.

Adieu petite sœur chérie, que tout cela te console des pipes et des parapluies rouges que tu vois déjà au coin des rues. Et le Sacré Coeur que l'on met sur des bobines de fil ! Et la Bse Jeanne d'Arc sur des pastilles purgatives ! on ne changera jamais les pauvres humains! Laissons le bon Dieu, la Ste Vierge et les saints se débrouiller avec eux et vivons en paix.

Je n'ai pas le temps de te parler du bon Pierre, ce sera encore pour une autre fois.         Ton aînée qui t'aime tendrement,                                                                                

Sr M. du S. Coeur

 r. c. ind.

Les feuilles que nous t'envoyons ne sont pas de nous c'est une personne qui nous les a données.