Imprimer

Testaments de ste Marie-Madeleine de Pazzi

 

Fêtée le 25 mai


Série incomplète - le n° 15 est cité par Thérèse.


n° 1
Ma Soeur, je vous laisse la simplicité avec laquelle je me laissais conduire par mes Supérieures. Oh ! aimable vertu qui affranchit l'âme qui l'a profonde de trouble et d'inquiétude. L'âme simple ne cherche point de détour dans ce qu'elle dit à ses Supérieures. Elle s'entretient familièrement avec Dieu comme un enfant avec son frère lui disant ses peines et ses joies. Soyez fidèle à cette vertu si vous voulez jouir de la paix intérieure.
n° 2
Ma Soeur, je vous laisse mon humilité qui me faisait rechercher les emplois les plus bas et les plus humiliants de la Communauté. Soyez persuadée que sans l'humilité votre perfection ne sera qu'une illusion. L'humilité est la base et le fondement de toutes les vertus, et vous ne pouvez véritablement vous dire l'épouse de J.C. si vous ne vous attachez à la pratique d'une vertu que Lui-même recommande en disant : "Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur".
n° 3
Ma Soeur, je vous laisse l'amour que j'avais pour l'obéissance qui me faisait voler au moindre signe de mes Supérieures ; soyez persuadée que vous ne ferez jamais aucun progrès véritable dans la vertu tant que votre volonté ne sera pas entièrement soumise à celle de Dieu et que vous ne serez pas toujours prête à faire plutôt la volonté des autres que la vôtre. Un acte de renoncement est plus agréable à Dieu qu'une heure d'oraison en suivant sa volonté.
n° 5
Ma Soeur, je vous laisse mon esprit de foi qui dirigeait toutes mes actions ; une âme de foi est capable de supporter les plus grandes épreuves, soit de la part de Dieu ou des créatures ; elle sait que les peines et les afflictions de cette vie sont toujours pour nous des moyens de sanctification, si nous savons en faire bon usage.
n° 6    
Ma Soeur, je vous laisse ma tendre dévotion pour la Ste Eucharistie, qui me faisait soupirer sans cesse après le jour où je devais la recevoir. Oh ! que de grâces sont renfermées dans une communion bien faite. Ayez soin de vous y préparer la veille et le jour que vous l'aurez faite.
Veuillez plus particulièrement à la garde de vos sens afin de vous tenir unie à votre bien-aimé.
n° 7
Ma Soeur, je vous laisse à imiter la pureté d'intention qui me faisait agir dans toutes mes actions, ne regardez jamais les créatures dans ce que vous faites, mais la seule et unique gloire de Dieu. Ce n'est pas tant la multiplicité des actions que Dieu demande, que la pureté d'intention avec laquelle ont les fait.
n° 9
Ma Soeur, je vous laisse la force et le courage avec lesquels j'ai supporté les grandes tentations durant tant d'années, ne vous attristez jamais la vue des tentations que vous éprouvez, elles ne vous rendent pas coupable devant Dieu si nous y résistons avec générosité au contraire elle servent beaucoup à nous humilier. Soyez seulement fidèle à éviter ce qui pourrait y donner occasion.
n° 10
Ma Soeur, je vous laisse ma fidélité à garder le silence. C est dans le silence que l'âme religieuse apprend à converser avec son Dieu, c'est un langage muet qui nous instruit de tous nos devoirs ; le silence est le père des saintes larmes, le nourricier de l'oraison, le gardien de la charité. Soyez fidèle à ne jamais dire de paroles inutiles ; mais souvenez-vous que le silence extérieur n'est rien s'il n'est accompagné du silence intérieur.
n° 11
Ma Soeur, je vous laisse mon amour pour la pureté qui me faisait fuir avec horreur tout ce qui aurait pu en ternir l'éclat. Considérez souvent la beauté de cette vertu qui nous rend sur la terre semblable aux anges. Veillez a ne laisser entrer dans votre coeur aucune attache trop sensible pour la créature ; soyez modeste en tout votre extérieur, réprimez les saillies de votre imagination, c'est en cela que consiste la pratique de cette vertu pour une religieuse.
n° 14
Ma Soeur, je vous laisse mon amour pour la pauvreté c'est elle qui m'a fait fouler aux pieds les richesses que le monde m'offrait pour embrasser une vie pauvre et crucifiée. Appliquez-vous donc à cette vertu afin de devenir conforme à votre époux qui comme il le dit lui-même n'a pas eu où reposer sa tête.
n° 15
Ma Soeur, je vous laisse mon amour pour la souffrance. Il était si grand qu'il me faisait répéter sans cesse : "toujours souffrir et ne jamais mourir" c'est dans la souffrance et non dans la jouissance que se prouve le véritable amour, une journée sans croix est perdue pour le ciel.

 

Retour aux Petits mots