Imprimer

De Marie Martin à Marie-Louise Morel - 27 décembre 1875.

 

De Marie Martin à Marie-Louise Morel. 27 déc. 1875. .

 

Il y a eu aussi des heureux à la maison le jour de Noël 1 Thérèse et Céline ont reçu de nombreux présents de l'Enfant-Jésus qui ne manque jamais de faire sa visite chaque nuit de Noël et d'apporter aux enfants sages des poupées et des bonbons ! Toutes ces belles choses n'ont pas manqué à nos deux fillettes et vous dire leur bonheur et leur enthousiasme serait chose difficile. Le matin de Noël, encore tout endormies, elles sont descendues en blouses de nuit, ne s’inquiétant de rien mais courant comme deux petites folles à travers la maison pour chercher leurs petits souliers. On a enfin fini par les trouver tous en rang devant une cheminée. Il y en avait au moins une demi-douzaine, pantoufles, bottines, caoutchoucs, tout cela était plein de sacs de bonbons, de petits sabots en sucre, de petits Jésus en biscuits ! Mais ce qui paraissait le plus comique c'était de voir une belle poupée sortant d'une de ces bottines et attendant patiemment l'arrivée des mamans. C'est aussi ce qui a fait le plus plaisir à Thérèse et lorsqu'elle a aperçu la fameuse poupée elle a tout jeté de côté pour voler vers elle. Malheureusement, ses transports de joie durent peu et maintenant qu'elle connaît sa charmante fille, elle commence à la délaisser. Aujourd'hui, ennuyé de voir qu'elle ne marchait pas assez vite, elle lui a cassé le bout des deux pieds, un bras est déjà démis et bientôt, je crois, ce sera fini de cette pauvre poupée. Mais je me trompe, lorsqu'elle sera tout à fait morte, elle fera son enterrement, et vraiment, l'enterrement d'une poupée c'est bien amusant. Thérèse en a déjà fait plus d'une fois l’expérience.

Alençon, 27 Décembre 1875

Retour à la liste des correspondants