Imprimer

LT 84 - A Mme Guérin - 12 Mars 1889

J.M.J.T.

 Jésus ...      Carmel le 12 Mars 1889.

Ma petite Tante chérie,

 

Je me vois dans l'impossibilité de vous obéir, car il me serait trop difficile de ne pas vous dire merci !... Que ces cinq lettres sont peu de chose pour vous exprimer ma reconnaissance, mais ma Tante chérie, je vous en prie, comprenez tout ce que votre petite fille ne peut vous dire. O ma Tante, que vous êtes bonne !... Comme je vais prier pour vous. Il est vrai, hélas ! que je suis incapable de faire quelque chose de bien, au lieu de gagner de l'argent je ne sais que le perdre, aussi l'attention délicate de ma chère petite Tante m'a bien vivement touchée. Je n'en revenais pas de me voir tout à coup si riche, sans avoir rien fait pour gagner tant d'argent... Je ne puis m'empêcher de sourire en pensant que grâce à mes bons parents, c'est moi qui vais fournir le poisson de la Communauté tout entière...

J'espère, ma Tante chérie, que vous voudrez bien remercier pour moi mon cher Oncle et lui dire toute ma reconnaissance.

Il faut, ma chère Tante, que le bon Dieu vous aime bien particulièrement pour vous faire ainsi souffrir, cependant s'il m'exauçait vous ne seriez plus jamais malade, car je serais heureuse s'il voulait m'envoyer toutes les peines qu'il vous réserve.

Hélas ! ma Tante chérie, que ma lettre va peu vous exprimer les sentiments de mon coeur... je voudrais pouvoir vous montrer toute ma reconnaissance !...

Que Jésus est bon de nous laisser, dans la cruelle épreuve qu'il nous envoie, la consolation de voir notre douleur partagée et comprise par nos bons Parents !...

J'embrasse de tout mon coeur ma petite Jeanne et aussi ma petite maîtresse de maison.

Adieu ma petite Tante chérie, je vous remercie encore ainsi que mon cher Oncle et vous embrasse bien tendrement.

Votre petite fille bien reconnaissante

 

Sr Thérèse de l'Enfant Jésus
nov.carm.ind.