Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Céline - Mars (?) 1889.

De sœur Agnès de Jésus à Céline. Mars (?) 1889.

 

J.M.J.T.

Ma petite Céline chérie,

Prenons courage, le bon Dieu ne nous abandonne pas. Aimons-le, attachons-nous de plus en plus à sa volonté sainte. C'est le seul bonheur en ce monde. Surtout pour nous... Viendra un temps où la volonté de Dieu ne sera plus de nous tenir dans la souffrance mais de nous donner les joies infinies du Ciel... Et ce ne sera pas long... qu'est-ce que la vie ? un éclair !... Comme Jésus nous pouvons répondre à ceux qui nous prennent pour si humiliées: « Mon royaume n'est pas de ce monde, (Jn 18, 36.) ! » [v°] Non, notre royaume n'est pas de ce monde, il est d'ailleurs ! Nous y allons par un chemin de croix mais n'est-ce pas celui-là même que Jésus a pris ? O consolation au-­dessus de toutes les autres... « Nul n'a si avant dans son Coeur la Passion de Jésus que celui qui a souffert quelque chose de semblable (Im., livre II, chap. XII, 4). ». Que l'Imitation a raison !

Adieu ma chérie, je te dirai avec Sainte Thérèse notre Mère: « ... Puisque la vie est si courte et que tout finit si vite, sachons soutenir le combat jusqu'au bout afin d'emporter la palme.

Je t'embrasse et t'aime bien fort

Sr Agnès de Jésus

r.c.ind.

Tu mettras les lettres de Papa dans une enveloppe avec l'image, n'est-ce pas.