Imprimer

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline - 5 mars 1889

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Céline 5 mars 1889

 

Ma Céline, à l'instant nous recevons ta lettre et ma tante nous a lu la sienne au parloir. Pauvres petites sœurs ! Cramponnons-nous à Jésus qui ne peut nous abandonner! Disons à Dieu: quand vous me tueriez j'espérerais encore en vous.

A jeudi. !

Prions ! Prions ! la prière est notre seule planche de salut.

Retour à la liste des correspondants