Imprimer

Mme Guérin à sa fille Marie - janvier 1900

 

De Mme Guérin à sa fille Marie

Janvier 1900

Ma chère petite Marie

Alex. doit te remettre ce petit mot en te conduisant ses petits enfants. Depuis dimanche je trouve qu’il fait de son mieux. Ton petit père a été plus malade ces jours-ci. La nuit il a eu de très fortes crises de toux comme autrefois. Cela revient. Tu vois comme cette maladie change de phases. Il ne peut presque pas s’occuper pendant la journée à cause de l’étourdissement qu’il éprouve. Toutes les fois qu’il en est ainsi, c’est l’intestin qui est moins bien. Il vient de se lever, et quoique faible il ne me paraît pas plus mal. Si le temps était moins mauvais je crois qu’il se retrouverait mieux. Aujourd’hui le soleil me donne espoir. – Ce matin, reçu carte de Monseigneur dont voici le libellé : L’Evêque de Bay. et Lis. remercie bien vivement Mr et Mme Guérin de leurs vœux et de leurs prières et les bénit de tout cœur, en demandant à Dieu de rendre une santé meilleure à son « bon et digne Serviteur » Ton papa a été très heureux de cette carte. Très heureux aussi de savoir ce que je lui ai dit à propos du cardinal Gotti et de connaître sa lettre. Il est impossible de désirer mieux. Il est très content.

Je t’embrasse de tout mon cœur, ma chérie. Offre mon respect bien affectueux à la bonne et Révérende Mère. Je lui fais remettre aussi en même temps les lettres qu’elle avait bien voulu nous envoyer et qui ont beaucoup intéressé ton petit père. Merci, merci. Embrasse bien tes petites sœurs. – Papa se joint à moi et te donne encore d’affectueux et bons baisers. Je lui ai chanté Baptiste hier soir pour l’égayer. Cela m’a bien amusée.

Ta mère qui te chérit C. Guérin

Jeanne a vu Léonie lundi ; Elle va bien et est très heureuse. Elle demande son sermon de vêture, est-ce celui que M. le Curé m’a remis ou bien en avez-vous un spécial pour elle ?