Imprimer

Lettre de Mme Martin à son frère Isidore CF 3 - 12 novembre 1863.

 

Lettre de Mme Martin à son frère Isidore CF 3

12 novembre 1863.

...Tu ne peux te figurer la joie que j'ai éprouvée à la réception de ta dépêche (le jeune Isidore Guérin venait d'être reçu bachelier ès‑sciences). J'ai pleuré de bonheur pour la   première fois de ma vie. Tu sais, je suis un peu la cause de ta réussite, car j'avais demandé des prières aux Clarisses d'Alençon, le mercredi et le jeudi, à dix heures du matin, pensant que c'était l'heure de tes examens, ensuite j'ai communié pour toi ; il faut que tu me saches un peu gré de tout cela.

Louis a été bien content aussi. En ton honneur, nous avons acheté une oie samedi et fêté dimanche. Nous regret­tions tous vivement que tu ne sois pas ici à festoyer avec nous et à faire tes gambades !

Le temps me manque pour t'écrire plus longuement, et, d'ailleurs, plus je t'en dirais, plus tu me taquinerais sur mon style, j'en suis certaine... J'ai cependant eu le premier prix de style autrefois. Sur onze compositions, j'ai été dix fois la première et encore j'étais de la première division et de la grande classe, ainsi juge de la capacité des autres !