Imprimer

De Mme Martin à son frère Isidore Guérin CF 74 - 26 novembre 1871.

 

Lettre de Mme Martin CF 74

A son frère Isidore Guérin

26 novembre 1871.

Je prendrai le train pour Lisieux, dimanche, à trois heures et demie du matin. J'ai cherché à m'arranger d'une autre manière, mais je n'en vois pas de meilleure. Il m'est impos­sible, cette fois, de partir samedi, et le dimanche, je ne puis voyager toute une matinée, ce serait contraire à mes prin­cipes, car je trouve qu'on doit faire une grande attention à ne pas coopérer au travail du dimanche. Il faudra cepen­dant que je revienne le mardi matin; je ne pourrai rester davantage. J'ai toujours des commandes pressées, je ne puis m'en tirer. Je ne voulais plus continuer les affaires actuel­lement, et j'y suis forcée tant on me fait d'instances. Enfin, le principal est que nous nous voyions. On a encore le temps de se parler pendant deux jours.

Aussi vais‑je terminer ma lettre de suite, je veux garder tout ce que j'ai à vous dire pour la semaine prochaine.

J'ai encore de la peine à croire que je partirai, il se trou­vera peut‑être de nouveaux empêchements, je ne me croirai en route que lorsque je serai dans le train. Je désire pourtant qu'il ne se présente pas d'obstacles, parce que, si je ne profite pas de ce moment de répit, la partie sera remise je ne sais à quand. Afin d'arriver à partir dimanche, je tra­vaille depuis huit jours jusqu'à minuit, aussi, je compte expédier ma pièce de Point d'Alençon vendredi soir.

Je te recommande de ne pas faire de folies pour les étrennes, j'en aurais tant de peine ! Ne le feriez‑vous que pour me plaire, le motif serait suffisant, car je sais que vous êtes trop généreux d'habitude.

Cela me contrarie de t'avoir fait porter sept mille francs sur le billet, tu as déjà trop de rentes à servir. Aussi, je suis bien décidée à ne pas accepter d'intérêts pour cette somme‑là.

Retour à la liste des correspondants